Budget du ministère de la sante et de l’action (Msas) : plus de 272 milliards pour l’exercice 2023

0
260

Le budget, pour l’exercice 2023, du ministère de la Santé et de l’Action sociale (Msas) a été adopté hier, mercredi 23 novembre  par les députés en séance plénière. Il est arrêté à la somme de 272 milliards 474 millions 429 mille 114 francs Cfa en autorisations d’engagement et 242,474 milliards FCFA en crédits de paiement.

Le secteur de la Santé et de l’Action sociale a suscité beaucoup d’intérêts de la part des parlementaires. Hier, mercredi 23 novembre, plusieurs questions urgentes ont été soulevées pendant les débats, lors du vote du projet de budget de ce ministère. La prise en charge maternelle et néonatale est revenue constamment dans les prises de paroles, avec la construction de structures sanitaires et de renforcement du personnel afin d’augmenter les chances de survie des femmes et des nouveau-nés.

Sur les infrastructures existantes, les députés ont porté le plaidoyer pour le renforcement du plateau médical. Le député Abdoulaye Wilane de la mouvance présidentielle a invité  la ministre Dr Marie Khémesse Ngom Ndiaye à apporter des précisions sur le budget consacré au relèvement du plateau technique de l’ensemble des structures hospitalières du Sénégal.

L’affectation de personnel qualifié dont des spécialistes n’a pas été en reste, quand on sait que plusieurs zones du pays en sont dépourvues ou le ratio demeure insignifiant, avec un spécialiste dans un domaine pour une ou deux régions. La dotation en ambulances médicalisés reste aussi une priorité pour les députés qui, dans leur majorité, ont fait des demandes au ministre de la Santé pour leurs localités, ainsi que la disponibilité des médicaments de premières nécessités. Sans oublier la prise en charge des personnes en situation de dialyse, avec les problèmes de rupture d’intrants que certains ont soulevé dans le site des hangar

LA COUVERTURE MALADIE UNIVERSELLE (CMU)

Les députés ont porté le plaidoyer auprès de la ministre de la Santé et de l’Action sociale pour le paiement de la dette de la Couverture maladie universelle due aux structures de santé. Selon plusieurs parlementaires, ces retards de paiements ou encore ces dettes plombent le bon fonctionnement de plusieurs structures et rendent difficiles l’acquisition des intrants dans ces structures.

DEMOLITION DE L’HOPITAL ARISTIDE LE DANTEC

Des députés ont interpellé la ministre de la Santé sur les problèmes de Le Dantec, qui a été démoli pour être reconstruite, afin d’en faire un nouvel hôpital de nouvelle génération. Des députés, comme Woré Sarr du Parti démocratique sénégalaise (PDS), ont interpellé la tutelle sur le problème des contractuels dont une grande partie tarde à être enrôlée ou redéployée dans les autres structures. Pour ceux qui ont été réaffectés, elle a demandé, à quand la prise en charge de leurs salaires ? A quand le règlement des fournisseurs de cet hôpital ?

Une autre député a posé le problème du statut des internes. «Les internes des hôpitaux n’ont pas de statut. Pour ceux qui étaient à Le Dantec et qui ont été redéployés, ils ne bénéficient pas de logement et leurs indemnités qui devaient leur être affectées pour le logement ne sont toujours pas affectées», a avancé l’honorable Rama Bodian. Et de renseigner : «il était convenu d’enrôler dans la fonction publique 45 internes chaque année, qu’en est-il?»

Denise ZAROUR MEDANG

 

Leave a reply