À feu Khasset Cissokho, un serviteur inlassable de la cause du peuple, (jambaaru yoonu askan wi) (Pape Touty Makhtar SOW)

0
659

Khasset Cissokho est parti à la Maison le jeudi 26 janvier 2023. Il y a rejoint son père feu
Seydou Cissokho, figure emblématique de la gauche sénégalaise, secrétaire général du PIT (ex
PAI), parti précurseur de l’indépendance nationale du Sénégal. Au Panthéon des illustres
disparus de la cause révolutionnaire patriotique et démocratique, il trouvera d’éminentes
figures de And Jëf/Xarebi avec lesquelles il a cheminé durant ses presque 50 ans de militantisme politique.
Après quelques années d’activisme dans le mouvement scolaire et dans les cercles marxistes léninistes au lycée El Haj Malick Sy de Thiès, Khasset, sportif talentueux, intègre en 1976
l’organisation And Jëf/Xarebi, d’obédience maoïste. Une organisation qui était en pleine
reconstruction, après la grande crise consécutive à la vive répression subie en décembre 1974
et en juin 1975. Il fallait faire montre de courage et d’esprit de sacrifices pour son pays pour
courir le gros risque, dans ce contexte de la clandestinité, d’adhérer à AJ/Xarebi. Justement
Khasset Cissokho a fait partie des militants courageux, déterminés à surmonter ces moments
critiques de la vie de l’organisation AJ et à assurer sa réédification aux plans idéologique,
politique et structurelle. C’est ainsi qu’il a choisi de contribuer à la stratégie de formation du
bloc ouvrier-paysan : la jonction entre le mouvement des cheminots de la ligne Dakar-ThièsBamako, ligne de conquête coloniale et de résistance patriotique et les luttes paysannes dans
la zone rurale du Sénégal oriental. C’est dans cette région particulièrement délaissée par le
régime de Senghor, dans la continuité des politiques coloniales, qu’il s’installa, en qualité de
révolutionnaire professionnel. Avec d’autres camarades venus s’établir, ils investissaient la
campagne, s’attachaient aux émigrés de retour d’Europe, animaient le mouvement syndical,
associatif, sportif et culturel et intervenaient activement dans les projets à caractère agricole
et dans les organisations non gouvernementales. Cette implantation, conduite par des
camarades résolus, dévoués et désintéressés, a permis à AJ/Xarebi de conquérir, dans la
clandestinité, des bastions qui serviront de solides bases politiques, dans la période de
l’ouverture démocratique et de participation au jeu électoral.
Cet enracinement populaire a été rendu possible par la pratique de la ligne de masse fondée
sur l’enquête-recherche-organisation (ERO), visant l’auto-organisation, l’aulo-développement
et l’auto-défense des masses populaires. Cadre révolutionnaire local, Khasset s’est hissé, au
début des années 80, au niveau des instances de direction nationale de AJ/Xarebi grâce à ses
capacités d’organisateur rigoureux et son intérêt remarqué pour les questions idéologiques.
Militant de l’ombre, discret, effacé et efficace, il apportait une réflexion originale nourrie de
profonde humanité. Pour lui, les valeurs humaines sont déterminantes en tout. Dans une note
d’hommage, un camarade a rapporté que Khasset, dans la case où il habitait sise dans un
quartier de la périphérie de Tambacounda, postait sur une planche au-dessus de sa table de
travail : « dis-moi quel cadre local tu as, je te dirai quelle organisation locale tu es ». D’ailleurs,
Khasset avait fait du concept d’humanitude un leitmotiv et une base de relecture revifiante
de la doctrine organisationnelle marxiste-léniniste « avec les apports de l’astrologie et de la
2
caractérologie ». Penseur, à l’instar d’Edgar Morin, de concepts d’une extrême complexité, il
pouvait également faire montre d’ouverture et de tolérance, prônant en tout moment le
consensus et l’unité, après l’expression vive des contradictions.
Ces qualités ouvraient à Khasset les portes du dialogue avec tous les courants de la gauche et
de fidélité à ses amitiés d’hier et d’aujourd’hui. Dans la vie personnelle, aîné d’une fratrie de
deux garçons et de quatre filles, il a su comme un funambule rétablir les équilibres et
maintenir la cohésion familiale. Il était d’une grande douceur qui pouvait même friser la
timidité. Son fils Seydou nous confiait : « je ne me souviens que papa m’ait fait une fois une
remontrance, ni à moi, ni à ma sœur ni à ma maman et pourtant nous n’étions pas exempts
de reproche. »
Khasset était un militant déclaré de la cause des femmes. Une grande sensibilité pour le genre
féminin, qu’il cherchait à honorer jusqu’à l’extrême naïveté. Il avait délibérément choisi le
parti des femmes. Il a été sûrement marqué par l’image d’une grand-mère tutélaire et celle
d’une maman affectueuse en l’absence d’un père, toujours au front, appelé par le devoir de
militant politique professionnel.
Khasset avait un goût prononcé pour la lecture et disposait d’une bibliothèque variée, portant
sur les sciences humaines, les sciences de la nature, la technologie. Brillant élève de série
scientifique au lycée, il reprit en Russie, durant la pause sabbatique de son parcours de
révolutionnaire professionnel, des études approfondies dans le domaine des biotechnologies.
Ce diplôme ne lui servit pas à dérouler une carrière professionnelle, hormis un contrat que
nous lui avons négocié avec l’IFAN pour servir au laboratoire de biologie marine.
Le projet auquel il tenait plus que tout, c’était d’accoucher un livre de bilan et d’hommage,
une sorte d’anthologie des militants de la gauche. Il a mené ce processus d’élaboration et de
publication d’un ouvrage, parallèlement à son activité militante dans Yoonu Asakan wI (YAW),
issue de la crise de AJ/PADS en 2007, dont il fut un des membres fondateurs. Deux sources de
motivation qui lui ont permis de supporter les affres de la quotidienneté d’un ancien
révolutionnaire professionnel d’une organisation éclatée et qui ne dispose plus d’intendance
pour gérer collectivement ses militants en difficulté matérielle. C’est alors le retour dans le
sein familial avec des amis restés fidèles, devenus des frères de cœur.
Permettez-moi de partager avec vous quelques extraits de la présentation de l’ouvrage.
« Hommage révolutionnaire et citoyen aux luttes politiques de la classe ouvrière et sa
gauche organique », Khasset Cissokho, nov. 2015, Edition Njelbeen, que j’avais en charge, par
amitié, d’exposer lors de la cérémonie de dédicaces, traversée par de fortes émotions, tenue
en mars 2016 au West African Research Center (WARC) à Fann.
« En effet, c’est avec une grande générosité que Khasset assume, dans cette publication, sa
part de devoir de mémoire. C’est avec engagement et perspicacité qu’il cherche à découvrir :
des camarades oubliés à tort tels Samba N’Diaye, sociologue, ou récemment commémoré
comme Oumar Diop Blondin, esprit révolutionnaire précoce très tôt assassiné par le pouvoir
néocolonial. Samba Ndiaye, un des premiers intellectuels dissidents du PAI aux plans
idéologique et politique. Avec Hady Ndir, Wahab Diéne, Marianne d’Enerneville, Ismaila
3 Diakhate et Sam Diallo, entre autres, ils lancent l’initiative du Parti Communiste Sénégalais
(PCS), comme premier embryon d’organisation maoïste au Sénégal.
Khasset ne s’en limite pas là. Il élargit le cercle aux militants de la nouvelle gauche maoïste :
Amady Barro, Adama Seye, Kader Gueye, Laye Mbaye, Alioune Séne, figure remarquable du
Mouvement ouvrier et syndical (MOS) de la Régie des chemins de fer, et aussi Ndongo Diagne
et Moussa Diop Jileen qui auront marqué la période du M.B.C.R. de AJ/Xarebi dans la
clandestinité. J’ajoute, à mon tour, quelques noms pour que la mémoire ne les efface : Jewel
Daff, Alfousseyni Cisse, Abdou Salam Kane « Billy », Mamadou Seye cadre à Nestlé, et rendre
hommage au premier artisan de la reprographie clandestine de AJ/RR/XAREBI Alioune Ndiaye
dit « Lune ».
Pour Khasset, le devoir de mémoire est un impératif humaniste : « Chaque homme porte la
forme entière de l’humaine condition. » Par cet acte, il a voulu honorer des hommes et des
femmes qu’il a connus directement ou indirectement ; des gens qui représentent à ses yeux
la citoyenneté, l’engagement au service des autres, l’altruisme. Des anonymes disparus sont
loués parce que pour lui « tous les êtres humains sont mortels et chaque mort a sa valeur.
Chacune des vies a servi à quelque chose de durable et pourtant peu visible »
En effet, la mort témoigne sûrement de la fragilité de l’homme, la finitude de son vécu. Elle
témoigne aussi de la puissance de l’homme qui a posé des actes louables, des actions qui
finissent par s’inscrire dans la durée ici-bas et même, disons, dans l’éternité.
Sa grande générosité lui a également ouvert la mémoire pour évoquer des citoyens de son
quartier d’enfance, des condisciples du lycée E.M. Sy, des membres de sa propre famille dans
la vivante ville ouvrière de Thiés.
Les sources nourricières et les foyers de formation et d’édification du caractère de ce groupe
de jeunes thiéssois nommés 76ards (soixante-seizards s dont il se réclamait fièrement Vs
soixante-huitard) sont passés en revue. Tout s’y mêle : les acteurs sportifs (foot-balleurs), les
cercles de lecteurs (des aventures de Blek le rock), les artistes en herbes et les apprentis
musiciens (musique afro latino-américaine). Pour Khasset, la prégnance du celbé, initiateur de
rite de passage, dépasse le moment de la circoncision. Son rôle initiateur et poétique couvre
toute l’adolescence.
A l’action de mûrisseur de fruits précoces des celbé, s’ajoute la tendresse protectrice de
l’irremplaçable grand-mère, feue Moussou Makhan Sakaliba « Nâ ». Nous avons
personnellement pu mesurer l’attachement de Khasset à cette grande dame.
Symboliquement, elle a été une source d’inspiration et un lien dans l’effort de construction
théorique et organisationnelle prolétarienne, fondé sur l’axe ferroviaire du « train express »
avec le Mali, via Tambacounda.
Le chapitre 3 de l’ouvrage de Khasset nous renseigne sur l’image du père présent absent. Un
dirigeant révolutionnaire, signataire du Manifeste de 57 du Parti Africain de l’Indépendance
(PAI), devenu Parti pour l’Indépendance et le Travail (PIT). Seydou Cissokho, un père
marqueur, souvent appelé par le devoir militant, mais dont les présences, même ombragées,
4

éclairent sur le patrimoine familial et politique du clan Cissokho dont Khasset a été un digne
héritier.
Je concluais la présentation en ces termes : « Cet ouvrage est pour l’auteur, un défi physique,
intellectuel et moral à lui-même, une interpellation de sa famille politique et
organisationnelle, une arme de reconstitution de la famille biologique, un legs d’amour à ses
enfants Inâ, Seydou, Bouba, Ass, Souleymane… Une ode à ses amis ; et surtout et avant tout,
un acte de délivrance personnelle. Une renaissance empreinte de violence sacrificielle, bref
un acte de catharsis ! »
Enfin, je peux témoigner qu’il a loué avec ferveur le Seigneur de lui avoir fait la faveur de
pouvoir conduire à terme cette œuvre libératrice de son âme qui l’a réconcilié avec lui-même
et avec sa fitra, avant que l’indésirable invitée, la maladie, ne vienne parasiter son corps.

Leave a reply