La finance islamique : une opportunité de croissance économique inclusive

0
1006

(APS) – La finance islamique est une opportunité de croissance économique inclusive pour le Sénégal, a affirmé samedi le directeur général de la Haute Autorité du Waqf, Racine Ba.

‘’Le Waqf est une opportunité pour la croissance inclusive dans notre pays, car du point de vue économique, pour ce qui est du Waqf indirect, il s’agit de mettre en place un investissement capable de créer de l’emploi, de générer des revenus qui profitent à des personnes vulnérables’’, a-t-il expliqué.

Racine Ba intervenait en marge de la 5ème   édition du ramadan Expo Dakar, axée sur les thèmes ‘’business halal et finance sociale islamique au Sénégal : enjeux et perspectives’’ et ‘’microfinance islamique et inclusion financière’’.

Le directeur général de la haute autorité du Waqf s’est félicité de l’arrivée du philanthropes, un ‘’nouvel acteur’’ qui ‘’vient se greffer à l’économie et qui y apportent une participation significative’’.

‘’Nous sommes dans un écosystème économique où, au-delà du public qui est un investissement de l’Etat ou du privé qui est un investissement des entreprises, il y a un nouvel acteur, le philanthrope, qui vient se greffer à l’économie et qui y apporte une participation significative à notre dimension économique ’’ a-t-il-dit.

En présentant le projet Waqf, Ahmed Lamine Athie, directeur des Waqf et du partenariat de la Haute autorité du Waqf, a rappelé que le Waqf monétaire consiste en un capital numéraire mis à disposition pour le financement d’un projet Waqf, ou à le fructifier à travers des investissements dans des secteurs halals dans le respect des principes de la finance islamique. ‘’Le Waqf vise à générer des revenus qui seront principalement distribués aux bénéficiaires nécessiteux ’’, a-t-il-précisé.

Selon un document remis à la presse, l’Etat du Sénégal a créé le 16 septembre 2022, un fond Waqf public monétaire pour valoriser l’aumône. Les fonds collectés permettent de financer des projets destinés au bien-être des populations vulnérables dans des domaines tels que l’éducation et la formation, la santé, l’hydraulique et l’assainissement.

‘’Ces fonds interviennent aussi dans l’action sociale notamment dans la prise en charge des enfants en situation de vulnérabilité et l’économie, notamment pour l’autonomisation économique des femmes et des jeunes’’, souligne encore le document.

Prenant part à l’ouverture cette rencontre d’une durée de deux jours, le directeur général du Centre international du commerce extérieur du Sénégal (CICES), Salihou Keita, dit vouloir nouer un partenariat fécond avec la Haute autorité du Waqf, afin de mieux d’accompagner les femmes et les jeunes qui s’activent dans l’entreprenariat.

Leave a reply