Abandon de la modification de l’article 87 : l’Etat livre ses explications

0
742

La proposition de modification de l’article 87 de la Constitution donnant au chef de l’Etat la possibilité de supprimer l’Assemblée nationale était guidée par un souci de rationaliser le calendrier électoral en permettant au président nouvellement élu d’avoir la possibilité de dissoudre immédiatement l’Assemblée nationale et d’organiser des élections législatives dans le but de se doter d’une majorité parlementaire confortable. « Il était prévu que la disposition qui limite le pouvoir du président de la République à pouvoir dissoudre une législature dans les deux premières années soit revisitée. Il était question de réduire cette période soit de deux ans à un an ou simplement de supprimer cette limitation. Voilà une révision dans laquelle le président de la République n’avait aucun intérêt », a dit le ministre de la Justice.  Les objectifs de la réforme sont rationnels et intemporels. « Il s’agissait de rationner le système électoral pour que le pays ne soit pas toujours en des élections permanentes. La préoccupation du président de la République, c’est de rationaliser les élections. Il faudrait qu’on y arrive un jour. Il a pensé aussi à son successeur pour que celui-ci puisse transformer les politiques publiques en loi pour lui permettre de disposer d’une majorité parlementaire stable ». La réforme est sans conflit d’intérêt, ajoute-t-il. « Dans beaucoup de pays, le président de la République peut dissoudre l’Assemblée Nationale. Si on le fait, il n’aurait pas le droit de vie et de mort sur l’Assemblée nationale. Si le peuple ne veut pas changer de majorité, elle ne changera pas et c’est le président qui est ainsi désavoué ».

FATOU NDIAYE

 

 

 

Leave a reply