Aliou Cissé, sélectionneur des «lions» “la finition, seule tâche noire“

0
218

(VIENNE, Autriche) – Une victoire, un match nul, trois buts marqués et un seul encaissé. C’est le bilan de l’équipe nationale du Sénégal qui était regroupement pour les besoins de la préparation de la coupe du monde de football prévue du 20 novembre au 18 décembre 2022 à Qatar. S’il s’agissait présentement d’une poule à 3, le Sénégal allait franchir le premier tour. Toutefois, une telle performance ne donne pas satisfaction à Aliou Cissé, qui, même s’il aura toutes les peines du monde pour composer la liste des 26 joueurs devant défendre les couleurs du Sénégal, reconnaît tout de même que ses Lions devraient travailler à être plus efficaces devant les buts. C’est d’ailleurs la seule fausse note qu’il a notée sur les deux matches livrés contre la Bolivie (2-0) et contre l’Iran (1-1).

Bilan sur l’ensemble des deux matches

«On était ensemble depuis 10 jours. On était partie avec 29 joueurs.  À l’arrivée, il y a eu 26 joueurs qui sont restés avec la sélection. On a joué le premier match contre la Bolivie (victoire 2-0). Aujourd’hui (hier) face à l’Iran, on a fait match nul (1-1). Et pour ce match contre l’Iran,  je peux dire que dans le contenu,  c’est un match intéressant. Toutefois, c’est l’efficacité que nous devons  travailler davantage. Quand on voit le ratio d’occasions qu’on s’est créées, on peut dire qu’on pouvait marquer un deuxième but. C’est un axe de travail. Et le football,  quand vous avez des occasions, il faut les mettre au fond». 

Le chantier le plus pressant 

«Le manque d’efficacité ne m’inquiète pas. On a des joueurs qui ont de la qualité aujourd’hui pour pouvoir marquer des buts. Beaucoup de buts. Après comme je dis,  c’est des zones où souvent,  il y a beaucoup de défenseurs. Il faut plus de justesse technique, avoir des combinaisons très courtes. Je pense que sur les zones décisives, on a manqué parfois de qualité technique et surtout de faire les bons choix. Il faut continuer à travailler dessus. Le plus difficile dans le football c’est de marquer des buts. Mais, je ne m’inquiète pas. Je sais que nous avons la capacité de marquer plus de buts si on fait juste les choix qu’il faut».

Le contenu intéressant

«Dans notre premier schéma, on a joué  un 4-4-2. Que ce soit Nampalys Mendy,  Idrissa Gueye ou autres,  on a contrôlé le milieu avec Sadio (Mané) et Boulaye (Dia) qui venaient souvent fermer le troisième homme du milieu. Il y a eu beaucoup de fluidité dans le jeu. On s’est créés des occasions. On a eu en première période 4 voire 5 occasions de marquer des buts. Après,  comme je le dis, ce n’était pas dans cette zone qu’on était en difficulté.  C’est surtout la finition qui nous a manqué dans ce match là. Dans le contenu, il était très intéressant».

Concurrence sur le front de l’attaque 

«Si Ilimane Ndiaye n’a pas joué,  c’est juste dû à la concurrence rien d’autre.  Aujourd’hui,  quand vous avez devant Sadio Mané, Krepin Diatta, Boulaye Dia, il y a une grosse concurrence avec des garçons qui ont vécu avec cette équipe nationale.  Les qualités d’Ilimane Ndiaye, je les connais très bien. Mais comme je l’ai dit, en équipe nationale,  il y a une grosse concurrence à son poste. Malgré  tout, on va essayer de lui donner du temps de jeu. Parce que, c’est un garçon sur qui on croit. Nous sommes conscients de ce qu’il est capable de faire pour l’équipe.  Mais quand vous arrivez dans une équipe,  il faut petit à petit s’intégrer.  Et il est en train de le faire».

Le choix du groupe pour le Mondial

«Avant je ne dormais pas beaucoup. Mais aujourd’hui, c’est  sûr et certain que je ne dormirai plus. Parce que c’est un problème de riche. J’ai beaucoup aimé la mentalité de ce stage là. J’ai beaucoup aimé le volume de travail qu’on a proposé à nos garçons et que tout le monde a répondu. Effectivement,  cela augmente plus de choix en ce qui me concerne. Cela apporte plus de concurrence aussi. En début de stage, nous essayerons d’avoir un groupe homogène. Un groupe équilibré, qui vit bien. C’est important aussi pour justement défendre de la meilleure façon le Sénégal au mondial. Effectivement, tous ceux que j’ai vu, qu’est ce qu’on peut y rajouter ? C’est Édouard Mendy, Moussa Niakhaté, d’autres garçons qui sont blessés ou qui ne sont pas compétitifs. Des joueurs comme Saliou Ciss qui vont venir renforcer encore les soucis de choix à la fin. J’ai envie de dire que c’est des choix de riche. Nous essayons de nous asseoir avec tout le staff pour pouvoir justement décider du groupe qui ira à la Coupe du monde. Mais en réalité,  l’ensemble des joueurs que j’ai aujourd’hui,  tout le monde mérite d’y être. Je ferai des heureux et des malheureux mais, c’est un choix».

Retrouvailles avec Carlos Queiros

«Carlos Queiros m’a dit que je lui fais perdre souvent des cheveux. Mais moi aussi, il me fait perdre des cheveux (éclats de rires.). C’est un plaisir de le rencontrer. C’est un très grand entraîneur.  Il fait partie des entraîneurs sur qui, il faut compter. Il faut préciser aussi qu’il n’y a pas que Queiros seulement qui joue en bloc bas face au Sénégal. Beaucoup d’équipes optent pour ça. Il a joué ce bloc bas en Égypte et pourtant, on avait perdu le match aller. Je crois qu’un entraîneur fait des choix de rester haut ou bas. On ne peut pas reprocher à un entraîneur de jouer en bloc bas. Cela dépend des joueurs qu’il a et de ce qu’il cherche. Sur toutes les rencontres qu’on a joué contre Carlos Queiros, il a une identité de jeu. Une façon de jouer. On le savait. C’était à nous de nous adapter malgré ce bloc bas. Parce qu’on a trouvé des opportunités de rentrer dans le bloc,  de le contourner, d’apporter des centres et de chercher des une-deux. Véritablement, le contenu a été bon. La seule tâche noire aujourd’hui, c’est la zone de finition.  Je n’ai pas dit que ce n’est pas bon. Mais, on peut l’améliorer».

Recueillis par Abdoulaye THIAM

(Envoyé Spécial)

Leave a reply