«Ces pratiques ont des conséquences psychologiques et émotionnelles chez la fille», Aboubacar Diakhaté, psychologue-conseiller à la division de la santé mentale

0
243

Ces pratiques  qui sont souvent négligées dans notre société peuvent être à l’origine de nombreuses pathologies psychiatriques  chez la  fille. «Il y a des conséquences psychologiques et émotionnelles. Il y aura toujours des séquelles, parce que la jeune fille qui   a été harcelée, si elle n’est bien suivie, risque d’avoir des perturbations sur le plan scolaire ; cela peut même engendrer un abandon des études. Sur le plan familial, des filles qui ont été victimes des harcèlements sont souvent marginalisées. Ce qui crée une sorte de manque de confiance en soi chez la fille  qui a été victime d’abus ou du harcèlement», explique  Aboubacar Diakhaté, psychologue-conseiller à la Division de la Santé mentale  du ministère de la Santé et de l’Action sociale.

Ainsi, il invite l’Etat à prendre en charge correctement ces filles qui sont victimes de ces mauvaises pratiques, le plus rapidement possible, car elles ont des effets néfastes sur la santé globale.  «Il va falloir une prise en charge précoce  pour que la fille puisse retrouver le sourire. Généralement, on constate qu’elles ont perdu leurs potentiels. Il faudra que l’Etat prenne en charge correctement  ces politiques de prise en charge de ces cas, de plus en plus en voie de recrudescence, du harcèlement ; ce qui crée finalement un problème de santé publique», prévient-il.

SEULS QUATRE CENTRES POUR LA PRISE EN CHARGE DES PATHOLOGIES PSYCHIATRIQUES POUR TOUTE LA POPULATION JEUNE

Par ailleurs, il relève que la dépression constitue, aujourd’hui, la troisième pathologie au niveau des tableaux  cliniques, avec un pourcentage très élevé chez les jeunes.  «On retrouve souvent des pathologies psychiatriques  comme la Schizophrénie, la dépression, l’utilisation de la drogue chez les enfants qui sont souvent victimes du  harcèlement. Ces jeunes doivent être traités dans des centres de prise en charge», indique Dr Diakhaté.

Sur le même dossier : Cyber harcèlement : des filles souffrent, en silence

Toutefois, il souligne que le nombre de ces centres est très réduit au Sénégal. «Dans notre paysage médical, on a peu de centres qui prennent en charge ces pathologies chez l’enfant. Les seuls centres dont nous disposons sont le centre de prise en charge psychiatrique de Diamniadio, le Keur Khaleyi de Fann, Albert Royer et le Cpiad. Donc quatre centres pour toute la population jeune. C’est l’occasion de faire le plaidoyer auprès des autorités afin qu’elles essayent d’augmenter le nombre de structures de prise en charge des jeunes», lance-t-il.

Ndeye Aminata CISSÉ

Leave a reply