Cinéma : Jean-Louis Trintignant s’éteint à 91 ans

0
328

Jean-Louis Trintignant est mort, vendredi 17 juin, à l’âge de 91 ans. Artiste discret et insondable, l’acteur aux 160 rôles a marqué 60 ans du cinéma français et européen grâce à un jeu tout en retenu porté par une voix singulière.

Jean-Louis Trintignant en fauteuil-roulant se laissant submerger par les flots d’une mer agitée… La dernière scène que l’acteur français a léguée au cinéma n’est pas des plus enchantées. C’est elle qui clôt « Happy End », film bien mal nommé de Michael Haneke. Jean-Louis Trintignant y interprétait un patriarche acariâtre et affaibli. Il avait alors 86 ans et se savait atteint d’un cancer. En dépit d’un état de santé fragile, le comédien impressionnait. Par son regard tout d’abord, impitoyable. Et sa voix, surtout. Cette voix magnifique que le temps et la maladie n’étaient pas parvenus à altérer. Elle s’est finalement éteinte vendredi 17 juin, après avoir traversé, immuable, plus de 60 ans de l’histoire du cinéma français.

La voix de Jean-Louis Trintignant a empreint le septième art. On l’a entendue dans les plus grands films, chez les plus grands réalisateurs : François Truffaut, Éric Rohmer, Claude Chabrol, Claude Lelouch, Jacques Audiard parmi les Français ; Ettore Scola, Costa-Gavras, Bernardo Bertolucci, Krzysztof Kieślowski du côté des metteurs en scènes européens. Au théâtre aussi, elle a porté les plus grands textes, ceux de Shakespeare, Jean Giraudoux, Tennessee Williams, Guillaume Apollinaire, Louis Aragon… Pour de nombreux enfants, aujourd’hui quadragénaires, cette voix fut aussi celle du narrateur du « Petit Prince », ce célèbre conte d’Antoine de Saint-Exupéry qui fit l’objet d’un enregistrement vinyle au début des années 1970. Plus déconcertant, elle fut également longtemps associée à la mine patibulaire de Jack Nicholson que l’acteur doubla pour la version française du terrifiant « Shining ». À film de réputation internationale, doubleur de réputation internationale.

Car au même titre qu’Yves Montand, Alain DelonJean-Paul Belmondo ou encore Gérard Depardieu, à côté desquels – et non pas à l’ombre desquels – il a façonné une impressionnante filmographie, Jean-Louis Trintignant jouissait d’une notoriété dépassant les frontières hexagonales. Le plus souvent à son corps défendant. Artiste discret, mystérieux, insondable, le comédien n’a jamais vraiment couru les plateaux de télévision, les tapis rouges, les unes de magazine… « J’étais extrêmement timide. Et puis la notoriété, ça ne m’a jamais intéressé. Vous savez, c’est amusant la première fois, mais après plus du tout. Pourquoi on nous donne des récompenses ? Nous sommes déjà bien payés, on ferait mieux de donner des Oscars aux gens qui font des métiers pas marrants », affirmait-il en juillet dernier à l’occasion d’une interview accordée à Nice-Matin où il annonçait mettre fin à sa carrière.

FRANCE24

Leave a reply