Dématérialisation du dépôt des dossiers de pensions : une application développée pour soulager les retraités

0
746

Dans le souci de se rapprocher davantage des allocataires de pensions, la Direction générale du Budget, à travers la Direction des Pensions, a mis en place le Projet de dématérialisation du dépôt des dossiers de pensions, qui devrait ainsi mettre un terme aux déplacements longs et coûteux auxquels sont confrontés les usagers, notamment ceux établis hors de Dakar, dans le cadre du dépôt de leurs dossiers de pension. C’est dans ce registre que la Direction des Pensions a initié et mis en place l’application E-pension qui porte sur deux volets assez importants, dont la première est la dématérialisation du dépôt des dossiers au niveau des Contrôleurs régionaux des finances (CRF) et la seconde, la dématérialisation des bulletins de paie au niveau des postes comptables au niveau des Trésors.

Structuré en deux phases, dont la première est relative à une dématérialisation du dépôt des dossiers au niveau des Contrôleurs régionaux de finances (CRF) et la seconde concerne la matérialisation des bulletins de paie au niveau des postes de comptables des Trésors, la première phase du projet de la nouvelle application E-pension a été officiellement lancée, ce jeudi 4 mai 2023, par la Direction générale du Budget. « La rencontre de ce matin, c’est pour partager avec les retraités la nouvelle application E-pension, qui a été développée au sein de la Direction générale du Budget,  pour faciliter le processus de dépôt des dossiers de pensions; donc qui seront désormais dématérialisés. Ce ne sera plus nécessaire, pour eux, de vraiment se déplacer jusqu’à Dakar, pour constituer leurs dossiers de dépôt », a relevé Abdou Diouf, coordonnateur de la Direction générale du Budget.

En ce sens, souligne-t-il, « au niveau de chaque région, des dispositions ont été prises pour effectivement, au niveau des Contrôleurs régionaux des finances, qu’ils puissent aller là-bas, déposer leurs dossiers de pensions. Et via cette nouvelle application, le traitement sera fait de façon plus diligente, en vue de leur permettre très rapidement de disposer, en tout cas, de leur dû en terme de pensions. »

Ayant récemment débuté  en juillet 2022, la première phase qui constitue le dépôt au niveau de ces Contrôleurs régionaux des finances est achevée, selon le coordonnateur de la DGB. Ainsi, « La prochaine phase sera effectivement de leur permettre, à partir de l’application dans leur maison, de pouvoir procéder à ces dépôts sans pour autant se déplacer au niveau des services de l’administration des finances ».

De même, ajoute-t-il, « L’autre volet de la dématérialisation, c’est un peu leur permettre de disposer de leurs bulletins de pension en mode dématérialisé, comme ça se fait actuellement au niveau des fonctionnaires en activité, avec l’application du solde. »

Cette révolution entre en droite ligne des orientations de la plus haute autorité, donc le président de la République, qui avait incité les administrations à aller vers une modernisation pour faciliter l’accès au service public, à tous les usagers. Et, renseigne M. DIOUF « la Direction générale du Budget est dans cette dynamique là de moderniser tous ces processus pour faciliter, en tout cas, à cette frange de la population, à qui nous devons bien entendu beaucoup gratitude, de pouvoir bénéficier des services publics de façon relativement aisée. »

Convié à cet atelier de partage du projet,  El Hadji Amadou Ndiaye, président de l’Association des nationale des retraités civils et militaires, bien que louant cette avancée majeure, estime qu’il reste beaucoup à faire. « Je suis venu répondre à l’appel de cet atelier que nous saluons. La dématérialisation partout où ça se pose, c’est bénéfique.

C’est venu à son heure parce que chaque fin du mois, ce sont nos propres sociétaires, les membres de notre association, qui viennent des régions pour récupérer les bulletins de pension et les remettre aux percepteurs afin de permettre ainsi de payer les pensions le 27 de chaque mois », soulignera-t-il.

Toutefois, il estime qu’il reste beaucoup à faire dans ce secteur: « Je dis que ça reste encore beaucoup de choses. On ne peut pas recruter un agent dans la fonction publique, avec toutes les pièces qu’il faut, suivre sa carrière jusqu’à la fin, lui faire comprendre que vous allez prendre votre retraite à telle date et lui demander d’aller faire des pièces, les constituer, faire un dossier et déposer. Pourquoi ? Le ministère qui géré ces fonctionnaires jusqu’à la fin de leurs carrières, ne réglerait-il pas cette tâche-là, remettre le dossier en question, à partir du ministère de la Fonction publique, au ministère des Finances? Pourquoi l’agent lui-même ne doit-il pas aller chercher ces pièces et aller déposer ? Je crois que ce serait beaucoup plus révolutionnaire. »

Il faut noter que le projet a démarré depuis janvier 2023. Donc, l’idée de cet atelier, c’est d’accélérer la cadence pour permettre aux retraités de pouvoir s’appuyer sur ces formalités là, dans les meilleurs délais.

Ousmane GOUDIABY

Leave a reply