Filière arachide : des acteurs dénoncent la domination des opérateurs étrangers

0
824

Deux professionnels de la filière arachide, dont le secrétaire général du Syndicat national des corps gras, Issa Ly, dénoncent la domination du marché sénégalais de cette denrée par des opérateurs étrangers et appellent les pouvoirs publics à veiller à sa régulation. Dans des entretiens avec l’APS, ils mettent en garde les pouvoirs publics contre la disparition de la filière, si l’Etat n’intervient pas dans la commercialisation des graines d’arachide. “L’Etat doit réguler le marché de l’arachide pour permettre à tous les acteurs de la filière de tirer profit de leurs activités”, a dit le directeur de l’usine de la Société nationale de commercialisation des oléagineux du Sénégal (SONACOS) à Diourbel (centre), Dame Touré. “Le non-respect de la régulation du marché de l’arachide a permis à des commerçants étrangers de s’approvisionner en coques d’arachide, d’installer des décortiqueuses et d’exporter les graines décortiquées”, a-t-il dénoncé. M. Touré déplore le contrôle de l’essentiel des activités de la filière par les mêmes commerçants. Il soutient qu’ils “n’ont pas le droit de s’approvisionner en coques d’arachide et en matières premières sur les sites de production”. “Les hommes d’affaires étrangers achètent, transforment et exportent toutes les graines d’arachide de qualité”, dénonce le directeur de l’usine de la SONACOS à Diourbel, ajoutant que “toute la filière arachide de Diourbel est (…) paralysée”. Issa Ly, s’exprimant au nom  du Syndicat national des corps gras, soutient que l’Etat du Sénégal doit “suspendre les exportations de graines d’arachide pour sauver la campagne de [collecte] de la SONACOS et des autres huiliers”. “Les exportations ne sont pas autorisées, car on n’a pas cette année une production de plus de 1 million de tonnes d’arachide”, a-t-il argué. Une mesure prise par les autorités sénégalaises depuis 2016 interdit aux opérateurs étrangers de faire des exportations s’il n’y a pas assez de graines décortiquées au Sénégal, a soutenu le syndicaliste. “J’appelle l’Etat à respecter cette mesure”, a-t-il martelé, invitant les producteurs sénégalais à “un sursaut patriotique”, autrement dit, à ne vendre leurs stocks d’arachide qu’à la SONACOS, en vue de la protection de la filière et des emplois qu’elle génère.

 

Leave a reply