Foot: Philippe Diallo confirmé à la présidence de la FFF jusqu’en 2024

0
749

(Europe 1)- En poste en replacement du dirigeant Noël Le Graët depuis fin février, Philippe Diallo a été élu président de la Fédération française de football jusqu’à la fin 2024, après un vote de l’Assemblée générale de la FFF réunie samedi à Paris. Ce dernier a été élu très confortablement avec 91,26% des voix de l’Assemblée réunissant élus et dirigeants du football français.

Philippe Diallo a été élu président de la Fédération française de football jusqu’à la fin 2024, après un vote de l’Assemblée générale de la FFF réunie samedi à Paris. Président intérimaire de l’instance depuis la démission de l’historique dirigeant Noël Le Graët fin février, Diallo a été élu très confortablement avec 91,26% des voix de l’Assemblée réunissant élus et dirigeants du football français.

Une instance ballottée

En présence de Le Graët, invité à ces états généraux de la Fédération, Diallo a d’abord reçu la confiance de son comité exécutif, qui a proposé son nom à l’Assemblée pour terminer le mandat en cours, qui s’étend jusqu’à la prochaine Assemblée fédérale élective de décembre 2024. Puis les quelque 200 élus rassemblés samedi dans un hôtel de l’ouest de Paris ont confirmé son élection par un vote très large.

« En votant massivement pour moi, vous me faites un très grand honneur. C’est aussi une grande responsabilité que je mesure car nous avons vécu un certain nombre de difficultés ces derniers mois », a-t-il réagi à la tribune. A 59 ans, cet ancien patron du syndicat des clubs professionnels, vice-président de la FFF depuis décembre 2021, a pour mission depuis son accession à la présidence d’apaiser une instance ballottée ces derniers mois par les polémiques.

Samedi, la Fédération a également procédé à l’élection des présidents de district Claude Delforge et Alexandre Gougnard, qui intègrent tous deux le comité exécutif de la FFF en occupant les places laissées vacantes par M. Le Graët et par le patron de la Ligue de Paris-Île de France Jamel Sandjak, démissionnaire lui aussi.

Violences sexuelles et sexistes

La « Fédé » a notamment fait l’objet d’un audit diligenté par le ministère des Sports qui a épinglé en février sa gestion managériale et plus particulièrement sa politique de lutte contre les violences sexuelles et sexistes. Les dérapages et les accusations de harcèlement moral et sexuel ont poussé Noël Le Graët à la démission après 11 années en poste.

 

Leave a reply