Hôpitaux du Sénégal : radioscopie d’un grand corps malade

0
898

DAKAR :

                               Les EPS 3 plombent les structures intermédiaires

Le Sénégal travaille à mettre aux normes les structures de santé publique. Avec quatre établissements de santé de niveau trois à Dakar (puisque le Dantec n’est plus fonctionnel) et des districts de référence sous la tutelle du ministère de la Santé et de l’Action sociale, ce n’est pas le matériel qui manque. La demande est plutôt tournée vers un personnel qualifié dans des spécialités comme la chirurgie avec un manque criard de techniciens en anesthésie mais aussi de biologistes. Pour le personnel spécialisé, ils sont nombreux à préférer officier au plus haut de la pyramide sanitaire (les Eps 3) délaissant ainsi le niveau régional et périphérique dont les districts. Il s’y ajoute l’accueil dans les urgences qui doit être amélioré.

Le Sénégal garde une bonne couverture sanitaire avec l’implantation de structures de santé sur toute l’étendue du territoire national. Des postes de santé sont devenus plus proches des populations et le couplet gagnant infirmier et sages-femmes pour répondre aux besoins des communautés, y est une réalité.

La région de Dakar reste plus fournie que les autres régions en infrastructures hospitalières avec une forte concentration des hôpitaux de niveau trois qui sont à vocation nationale et qui constituent le niveau le plus élevé de prise en charge des soins dans la pyramide sanitaire. En plus de couvrir les paquets de soins existants dans les autres hôpitaux, les EPS 3 comme c’est le cas des centres hospitaliers universitaires (Chu) de Dalal Diam, d’Idrissa Pouye de Grand Yoff, de Fann et encore de Thiaroye, délivrent aussi des soins spécialisés de hautes technologies et des soins palliatifs. Les pathologies les plus rares et complexes sont ainsi référées à Dakar pour le traitement et la recherche. Le matériel de pointe est aussi concentré à Dakar avec une forte mobilisation des professeurs dans les spécialités, délaissant ainsi les régions surtout les plus reculées du pays.

Iniquité dans la répartition des ressources

Malgré une couverture en infrastructures sanitaires à Dakar, un problème d’équité se pose en matière de personnels qualifiés. Des centres de santé secondaires ou encore des districts de référence gardent des plateaux techniques pouvant faire de la chirurgie. Cependant, ils sont confrontés à un manque de personnel qualifié surtout dans le domaine de l’anesthésie et de la chirurgie. Une situation qui avait amené la ministre de la Santé et de l’Action sociale, quand elle occupait le poste de Directrice générale de la Santé publique sous le magistère d’Abdoulaye Diouf Sarr, à demander aux districts de santé mais surtout à la région médicale de travailler à optimiser le personnel qualifié afin que ce dernier puisse se rendre quand il y a urgence dans ces structures pour poser l’acte.

Pour des acteurs de la santé, certes beaucoup de médecins spécialistes sont installés à Dakar mais cette région qui concentre le quart de la population sénégalaise, subit relativement une pénurie de cette catégorie de médecins et par ailleurs, ce que leurs aînés ont accepté et enduré, les plus jeunes spécialistes ne veulent plus le subir. Il s’y ajoute selon eux, que la rémunération n’est pas motivante, et au Sénégal, le métier ne semble pas être considéré à sa juste importance. « La formation d’un spécialiste de médecine en chirurgie, gynécologie obstétricale, pédiatrie, dure 12 années au moins après le baccalauréat : elle est longue et pénible et de surcroît, le métier de médecin spécialiste est rempli de contraintes, de sacrifices », font savoir certains spécialistes.

 

Un problème de maintenance

Des structures de santé sont dotées de matériels de pointe. Seulement au bout de quelques années, les bénéficiaires voient leur outil tombé en panne.  Faute de maintenance, les hôpitaux sont devenus des cimetières de ferrailles.  Au niveau de l’hôpital Idrissa Pouye de Grand Yoff, le ministère de la Santé et de l’Action sociale est passé à la pose de la première pierre du Centre de maintenance des hôpitaux.  Avec l’appui de l’extérieur, les techniciens devaient être formés et les matériels en panne révisés dans ce site. Depuis plus de quatre ans, le Sénégal est toujours en attente et le centre peine à sortir des cendres.

La problématique des urgences

La prise en charge des urgences dans les structures de soins reste le grand défi des centres hospitaliers universitaires concentrés à Dakar. Le manque de médecins urgentistes rend difficile l’organisation de la prise en charge. La plupart du personnel est composé d’étudiants en spécialités ou d’internes. Au niveau de l’accueil, les plaintes et les complaintes de patients ne cessent de se multiplier. Des malades sont laissés à eux même sans la moindre indication pour rejoindre les services. Une situation qui contribue à retarder la prise en charge sanitaire.

 

Le Président Macky Sall s’y met

En Conseil des ministres du 01 juin dernier, le Président de la République Macky Sall avait invité le ministre de la Santé et de l’Action sociale à préfigurer, d’ici fin juin 2022, même si les réformes ne sont pas effectives, « les bases stratégiques d’une réforme hospitalière intégrale et de grande envergure, en veillant notamment à l’optimisation et la complémentarité de la carte sanitaire  pour évoluer vers des pôles d’excellence hospitaliers spécialisés; l’évaluation et la professionnalisation des personnels de santé ; la fonctionnalité des constructions et équipements requis, au renforcement et à la maintenance du plateau médical ;  la mise à niveau des services d’accueil et d’urgence ; l’efficience du modèle économique des hôpitaux prenant en compte la dette et la facturation maîtrisée des prestations ; la bonne gouvernance et aux performances des structures ».

Le Chef de l’Etat avait, en outre, demandé au chef du département de la Santé, d’engager, sans délai, la généralisation des processus de management qualité dans toutes les structures sanitaires du pays, en vue d’améliorer l’accueil des patients, les offres de soins et la gouvernance sanitaire.

Denise ZAROUR MEDANG

 

KAOLACK

Le manque de personnel qualifié, la vétusté de certaines structures… fragilisent la prise en charge qualitative des patients

Déjà, il y a plusieurs décennies le système sanitaire peine à offrir les résultats que la majorité de la population de la région de Kaolack attend de lui. Malgré les efforts fournis çà et là par l’État, les partenaires sociaux et au développement, entre autres concurrents, les populations continuent encore de tenir leur mal en patience et leur prise en charge sur le plan médical devient de plus en plus déficitaire face à la forte demande souvent liée à la poussée démographique et l’arrivée massive des malades de certains pays de la sous-région. Malgré cette ruée massive des populations vers cette structure, l’hôpital régional de Kaolack ne dispose pas un nombre suffisant de médecins et spécialistes pour répondre aux normes fixées par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Le refus volontaire des médecins d’aller exercer dans les régions pour faute d’une prise en charge correcte de leurs statuts, a beaucoup impacté sur la vie de cet hôpital et beaucoup parmi les patients n’hésitent pas à migrer vers les structures de la capitale sénégalaise où ils pourront être soignés même c’est à des coûts élevés. Sans oublier les autres charges qui suivent la prise en charge de leurs accompagnants à Dakar.

Malgré le renforcement du plateau technique opéré ces dernières années au niveau d’un certain nombre de départements et la création d’un nouveau service d’hémodialyse pour le traitement des maladies d’insuffisance rénale, l’hôpital est encore en patience d’accueillir de nouveaux services pour arrêter le flux des patients souffrant de pathogènes ou autres maladies chroniques dont le traitement saute au-delà de ses compétences. Mais le pire se situe au niveau du District sanitaire et les 18 autres postes de santé qu’il polarise sur le plan communal. Car sans équipement, ni personnel qualifié pour accueillir et traiter les cas les plus compliqués, ces structures qui disposent aujourd’hui des compétences limitées et dans la majeure partie des cas, font le transfert des cas sérieux vers l’hôpital régional ou les autres structures les plus dotées en termes de plateau technique. La vétusté de certains postes de santé installés dans les quartiers populaires pose aussi problème pour les populations qui n’ont que ces postes pour recourir aux premiers soins en cas de maladies ou accidents. Même si aujourd’hui certaines voix s’élèvent pour l’érection de l’hôpital régional El Hadji Ibrahima Niasse en une structure médicale de niveau 3, d’autres plaident la rénovation et l’équipement des postes secondaires pour enfin garantir une prise en charge qualitative et quantitative des milliers de personnes démunies et en quête de soins de proximité.

 

                                       Abdoulaye Fall

 

ZIGUINCHOR

                             Le bloc opératoire,  l’hôpital régional «  malade »

Apres l’épisode du scanner tombé en panne puis remis en service, c’est le bloc opératoire qui souffre depuis plus d’un mois de matériel. Conséquences, les activités dans ce bloc sont au ralenti pour ne pas dire inexistantes. Une situation désobligeante pour les populations que tente d’atténuer le directeur de l’hôpital régional de Ziguinchor qui rassure sur le démarrage imminent des services de ce  bloc opératoire  paralysés.

Plus d’interventions chirurgicales à l’hôpital régional de Ziguinchor depuis maintenant plus d’un mois à cause d’un manque de matériel. Une situation qui a récemment suscité une grogne des agents de l’hôpital  appuyé par l’activiste Guy Marius Sagna élu député. La question de l’echanteite réglée, le bloc souffre de l’insuffisance de matériel indispensable pour des  interventions chirurgicales dans cette structure sanitaire qui se débat souvent dans des difficultés infrastructurelles. Et les patients sont référés dans une autre structure sanitaire de la place.

Ce genre de dysfonctionnement est récurrent dans cette structure sanitaire. Le directeur de l’hôpital  interpellé sur la question tente de rassurer. Ndiame Diop estime que des  efforts sont consentis pour mettre aux normes ce bloc opératoire. « Il est difficile pour l’hôpital de supporter certaines charges afférentes à l’achat de matériel pour ce bloc. Heureusement, la bienveillance des autorités a permis de trouver ce matériel et dans les prochaines heures, nous allons réceptionner ce matériel qui est en route », a déclaré le Directeur de la structure sanitaire.

Des bâtiments qui suintaient, un scanner qui tombe souvent en panne, l’Hôpital régional de Ziguinchor montre des signes de souffrance de son plateau médical. A cause aussi d’un manque de médicaments stratégiques dans sa pharmacie, les maux qui gangrènent la structure font légion. Et souvent les patients ne cachent pas leur dépit face à ce chapelet de passifs sous le regard impuissant d’un personnel de santé qui se débat  pour honorer sa noble mission. La radiographie qui tombe parfois  en panne mais un autre mal est là. La paralysie du bloc opératoire. De quoi pousser certaines populations à lancer cette métaphore « l’hôpital doit passer un scanner pour diagnostiquer définitivement son mal ». En attendant l’arrivée des équipements pour le bloc opératoire, les interventions chirurgicales sont en stand-by à l’hôpital régional, la plus grande structure sanitaire de la région qui accueille même des malades venus de la sous-région. Parfois, ce sont les blouses blanches même de la structure sanitaire qui font un diagnostic alarmant de l’hôpital qui a tout de  même réussi à pallier le manque de médecins spécialistes qui avait contraint les patients à se rabattre sur d’autres structures dans les autres régions. Aujourd’hui, l’hôpital est pourvu de cardiologue, de neurologue, d’urologue à la satisfaction des syndicalistes qui en avaient fait leurs préoccupations majeures. Le déficit d’équipements reste cependant des maux qui gangrènent les structures sanitaires de la région qui font constamment face à la grogne des agents de santé qui déroulent un chapelet de revendications qui vont de la prise en charge correcte des patients à la question de paiement des indemnités en passant par la revalorisation de leurs salaires. Toutes ces choses plombent souvent le fonctionnement des structures sanitaires de la région.

Ignace NDEYE

                              Hopital Youssou Mbargane Diop de Rufisque :

                                               le malade de l’imagerie

L’hôpital Youssou Mbargane Diop de Rufisque est dans une situation très difficile avec un service de radiologie en panne, un scanner inexistant et une urgence à l’arrêt. Le collectif des jeunes rufisquois mène le combat pour sa réhabilitation et sa mutation en EPS de niveau 3.

Il ne se passe pas une semaine sans que des Rufisquois n’interpellent les autorités municipales comme centrales sur la situation de l’hôpital Youssou Mbargane Diop de Rufisque. Une structure qui fait face à un manque de matériel chronique, avec comme conséquence l’absence de certains services comme celui de radiologie ou encore le service d’urgence toujours fermé et le manque de scanner. Ça a fini de soulever l’indignation de Rufisquois qui se sont regroupés autour d’un collectif des jeunes pour mener le combat de la réhabilitation de la structure sanitaire, le relèvement de son plateau technique et même son évolution vers un établissement de santé publique de niveau 3.

Par deux fois, un rassemblement avait été initié par ce collectif pour que les maux qui frappent l’hôpital, soient vite soignés, en attendant son institution en EPS3.  «Le combat porte sur la dotation de l’hôpital en scanner et la remise en marche des deux radios, à défaut de pouvoir en acquérir du matériel neuf», a souligné Tawfekh Faye, un des initiateurs des manifestations pour la réhabilitation de Youssou Mbargane Diop. En effet, les appareils de radiologie de la structure sanitaire étaient tous les deux en panne, une situation aggravée par l’absence de scanner, au moment où la demande de soins s’accroit à un rythme vertigineux. « Si tu quittes Thiès, ce n’est qu’à Pikine qu’on peut trouver un scanner, même Diamniadio n’en a pas. On en trouve à Keur Massar, mais dans une clinique privée. Avec les nombreux cas d’AVC, il est incompréhensible qu’un scanner ne soit pas disponible entre Thiès et Rufisque. L’une des radios de l’hôpital a été réparée mais elle est retombée en panne. L’Hôpital polarise aujourd’hui des milliers de patients du département mais aussi ceux venus des communes à la lisière de la région de Thiès viennent se faire signer ici, sans parler de l’extension que connait la ville avec les nombreux nouveaux quartiers qui sont peuplés», s’indigne la tête de file du mouvement de revendication.

Il rappelle la promesse de l’ancien ministre de la Santé Abdoulaye Diouf Sarr, au cours d’une rencontre entre des jeunes du département et le Président Macky Sall. «Le ministre avait promis d’amener une radio neuve à Youssou Mbargane mais jusqu’à présent rien, c’était à l’occasion de la rencontre Djokko avec Macky des jeunes du département de Rufisque». Aujourd’hui, ils sont nombreux à penser que la fermeture de l’hôpital Aristide Le Dantec aurait pu profiter à Youssou Mbargane, notamment en termes de service d’imagerie. «Avec la fermeture de Le Dantec, le service d’imagerie aurait pu être délocalisé à YMG afin que la structure puisse avoir un appareil de scanner. Mais, ce matériel est prévu à Institut Santé Social ex-Service d’hygiène qui est un EPS de niveau 1. Or, le département c’est le 1/3 de la région de Dakar en terme de superficie avec plus de 500.000 habitants. Nous méritons au moins un scanner et pourquoi pas être relevé au niveau 3 avec toute mesures d’accompagnement», plaide Souleymane Sène, un autre citoyen rufisquois, très au fait des questions sanitaires.

Toutefois, il se félicite de l’amélioration qui a été apportée au service d’accueil et du relèvement progressif, même si des efforts restent à faire, notamment au niveau du service d’urgence de l’hôpital toujours fermé. «Le service d’accueil est amélioré, le plateau technique en train d’être relevé, mais il reste des choses à faire, l’urgence est fermée. Pourtant un service d’urgence a été construit par le conseil départemental et achevé par EIFFAGE mais tarde à être inauguré».

Le collectif promet de reprendre le combat qui a été interrompu à cause du contexte électoral. Pour cette fois, le collectif des jeunes rufisquois promet de faire face pour déjouer les manœuvres de l’autorité préfectorale qu’ils accusent «d’avoir instrumentalisé des personnes pour faire foirer les manifestations qu’ils ont eu à organiser».

WORE NDOYE

                                                               SEDHIOU :

    radioscopie du mal qui ronge la santé

La physionomie de la carte sanitaire de la région de Sédhiou présente des disparités énormes entre les centres urbains et l’arrière-pays notamment en zone de frontière avec la Guinée Bissau et la Gambie. Si la capitale chef-lieu de région dispose d’un centre hospitalier flambant neuf de niveau 2 et ses entités départementales de Goudomp et de Bounkiling des centres de référence équipés, le milieu rural éloigné et enclavé peine à accéder aux soins de santé primaire. A cela, s’ajoute la médiocrité du nombre de plateaux techniques et l’insuffisance d’un personnel qualifié. Beaucoup de spécialités manquent jusque-là à l’organigramme du nouvel hôpital pourtant fréquenté par les régions et pays environnants.

La pyramide sanitaire de la région de Sédhiou se compose d’un centre hospitalier régional de niveau 2 nouvellement mis en service avec 150 lits et de cinq centres de santé dont un à Goudomp et à Samine dans le département de Goudomp, d’un centre de santé à Sédhiou et à Bambaly dans le département de Sédhiou et d’un centre de santé à Bounkiling. Le nombre de postes de santé jusque-là fonctionnels est de l’ordre de 68 structures, 86 cases de santé et de 268 sites communautaires à l’échelle de la région. L’hôpital est le niveau de prestation le plus élevé avec la présence des spécialistes en santé, le centre de santé fonctionne avec des médecins avec des spécialités ainsi que des infirmiers et autres prestataires. La case de santé quant à elle est dirigée par un personnel communautaire ainsi que le site communautaire pour les premiers soins, les services de pesage des bébés, la vaccination de routine et de toutes autres prestations de proximité. Cette pyramide est encapuchonnée par la région médicale qui en assure la coordination administrative des questions de santé. Malgré les moyens d’intervention quelques fois limités, dit-on, la spontanéité et la réactivité des autorités médicales en cas de situation de crise sanitaire sont à saluer.

L’EPS2 de Sédhiou, un fleuron médical dans la sous-région !

Le nouvel hôpital régional de Sédhiou baptisé Amadou Tidiane Bâ, du nom de l’ancien ministre et maire de Sédhiou, a démarré ses prestations à partir de la seconde moitié de l’année 2021. Il occupe 6 hectares dont 4,1 bâtis et a coûté 20 milliards de francs CFA avec une capacité d’accueil de 150 lits et de 19 spécialités médicales attendues. Présentement, l’établissement dispose d’une chirurgie générale, d’un bloc opératoire, d’une maternité, d’un laboratoire, d’un service d’ORL, bucco-dentaire, néphrologie, d’une banque de sang, d’une gynécologie, d’une pédiatrie, d’un service d’accueil des urgences (SAU) et d’une imagerie médicale selon la direction de l’hôpital. Ce dernier service cité abrite à la fois la radiologie, le scanner, l’échographie et la mammographie. Le directeur de l’établissement Ousmane Seck Dam rassure dans le même temps que « le service de réanimation vient aussi de démarrer. La morgue et la pharmacie sont aussi bien fonctionnelles ainsi que le service de la logistique roulante pour la mobilité et les liaisons externes.

En raison de son plateau médical bien relevé et sa position tampon en basse Casamance, cet hôpital reçoit des malades venant de Kolda, de la Guinée Bissau, de la Gambie et de certaines collectivités de la façade nord de Ziguinchor.

Le déficit de spécialités toujours actuel et préoccupant

Le centre hospitalier régional Amadou Tidiane Bâ peine jusque-là à fonctionner à plein régime du fait de l’indisponibilité de plusieurs spécialités. Il s’agit notamment de la cardiologie même si le directeur Ousmane Seck Dam rassure que le médecin a déjà pris fonction et reste à parfaire sa spécialisation pour rejoindre définitivement son poste à partir du mois de novembre prochain. L’ophtalmologue a reçu sa note d’affectation, selon la direction de l’hôpital mais n’a toujours pas rejoint son poste. L’autre besoin et non des moindres surtout avec la recrudescence des accidents de la circulation, reste celui de l’orthopédie et de la médecine interne, nous a-t-on également confié.

Par ailleurs, dans ce même registre des besoins, figure la construction d’un hangar et des toilettes accessibles pour les accompagnants de malades. Il nous est arrivés de constater que des gens font leurs besoins à même sur les coquillages et les abords des pavillons d’hospitalisation. Ce qui, à la longue, pourrait être une source de maladie. Sur un autre chapitre, certains se plaignent de l’indisponibilité de l’agent préposé à la morgue pour la levée des corps à temps souhaité.

A toutes ces questions, le directeur de l’hôpital Ousmane Seck Dam rassure que des efforts sont en cours pour assouvir ces demandes sociales pressantes en rapport avec le conseil départemental de Sédhiou dirigé par Dr Annette Seck N’diaye, directrice nationale de la Pharmacie nationale d’approvisionnement (PNA) et qui assure de fait la présidence du conseil d’administration de l’établissement de santé. Lors d’une émission radiophonique, elle a promis tout son soutien et engagement à veiller au bon fonctionnement de l’EPS2. Au sujet de la disponibilité des spécialistes, il est à déplorer des cas d’affectation d’agents à Sédhiou qui rechignent à rejoindre leur poste pour être ensuite réaffecté ailleurs. Et pourtant à l’ouverture officielle des services administratifs de l’hôpital, Dr Fatou M’baye Sylla, la directrice générale des Etablissements de santé avait réaffirmé son engagement à œuvrer pour la disponibilité des spécialités le plus tôt possible.

L’enclavement et la médiocrité des plateaux techniques étranglent le milieu rural

En milieu rural très reculé en zone de frontière, c’est comme si le citoyen n’a pas le droit de tomber malade au risque de péril en cours d’évacuation du fait de l’enclavement ou de l’isolement de leur localité. Le piètre état de la route en cette période de saison pluvieuse corsée par les nombreux cours d’eau qui serpentent la région ne sont point pour faciliter la débrouille de pauvres villageois. Dans les patelins de Sanou Sénégal, de Faradiangto, de Thénaff en zone de frontière avec la Guinée Bissau et dans le nord à Madina France, Ndiolofène, Djinany  et autres bourgs vers la Gambie, l’accès aux soins se pose avec acuité aussi bien pour les malades que pour les femmes en état de grossesse.

Sous un autre angle plus technique, c’est le plateau technique des centres, postes et cases de santé qui n’existent que de nom par endroit tant le dénuement est manifeste. Certes, des efforts ont été faits précisément dans le domaine de la création des structures de santé, mais il reste communément admis que beaucoup de défis restent à relever notamment pour ce qui est de l’équipement, des constructions et l’affectation d’un personnel qualifié stable.

Moussa DRAME

MBOUR

L’hôpital Thierno Mouhamadou Mansour Barro, une structure non adaptée aux besoins et préoccupations des patients  et du personnel

L’hôpital Thierno Mouhamadou Mansour Barro de Grand-Mbour est le cadre du plateau sanitaire le plus relevé du département de Mbour en dehors des cliniques privées disséminées dans la petite côte. Des investigations menées auprès des patients, des agents et pensionnaires de divers lieux ont insisté sur des besoins d’amélioration du service d’accueil et des urgences. Les anciens locaux du centre de santé de Mbour sont réadaptés en des salles ne répondant à certains standards car souvent trop petits ou même ne répondant à certaines normes. L’inadaptation des locaux à ceux d’un hôpital constitue selon nos  enquêtes, un fait impactant dans l’ensemble des services. Tout de même, l’hôpital comptant plus d’une dizaine de spécialités : la cardiologie, l’orthopédie, la dermatologie, l’Orl, l’ophtalmologie, la psychiatrie, la gynécologie, la radiologie, les urgences, la pédiatrie. La prise en charge du diabète est effective à Mbour mais souffre du médecin spécialiste de cette pathologie. Aux maux soulevés s’ajoutent, des faits liés à la vétusté des locaux et l’inadaptation d’installations de certains services. La chirurgie trône dans une ancienne salle de réunion transformée. Au bout du compte,  un agent de santé averti parle de colmatage d’installations de spécialités dans des locaux inappropriés. Des patients interrogés demandent une meilleure considération et des prestations plus appuyées et plus rapprochées avec la présence des spécialistes.

Samba Niébé BA

 

Leave a reply