Riposte a la pandémie covid-19 : Dr Marie Khemesse Ngom Ndiaye met en exergue le plan du Sénégal

0
652

Entre la mise en place d’une cellule de crise interministérielle, d’un «fonds FORCE COVID 19» de 1000 milliards F CFA, d’une élaboration et mise en œuvre d’un plan d’investissement pour un système de santé résilient et pérenne, le Sénégal a pris les devants pour faire face à la crise sanitaire.  S’exprimant à l’occasion d’un panel dans le cadre de  la 72ème session du Comité régional de l’OMS pour l’Afrique qui se poursuit jusqu’au 26 août 202 à Lomé, le ministre de la Santé et de l’Action sociale, Dr Marie Khemesse Ngom Ndiaye est revenue sur les différentes phases du plan de riposte à la covid-19 du Sénégal.

Dans le cadre de la 72ème session du Comité régional de l’OMS pour l’Afrique (RC72) au Centre international des Conférences de Lomé au Togo, le ministre de la Santé et de l’Action sociale, Dr Marie Khemesse Ngom Ndiaye a rappelé les différentes stratégies développées par l’Etat concernant la riposte contre l’épidémie de covid-19. Elle s’exprimait lors d’un panel portant sur le thème «Reconstruire en mieux : repenser et reconstruire des systèmes de santé résilients en Afrique pour parvenir à la couverture sanitaire universelle et à la sécurité sanitaire».

En ce qui concerne la gouvernance et l’approche multisectorielle, elle a fait savoir que le «Sénégal dispose d’une entité permanente multisectorielle, le Comité national de gestion des épidémies (CNGE), chargé d’assurer le suivi de l’évolution des tendances des maladies à potentiel épidémique et la coordination stratégique de la riposte». «Avec l’avènement de la Maladie à virus Ebola, le centre des opérations d’urgences sanitaires (COUS) a été mis en place, instrument important, responsable de la coordination opérationnelle de la riposte à travers l’élaboration des plans et procédures opérationnelles normalisées, la mise en place d’équipes d’intervention rapide. Au niveau déconcentré, le système de gestion des incidents est organisé autour des comités régionaux et départementaux de gestion des épidémies dirigés par les autorités administratives.

Ainsi, des plans de préparations à la riposte et de contingence ont été élaborés et mis en œuvre en temps opportun», rapporte le communiqué. En effet, elle a également «la mise en place d’une cellule de crise interministérielle et du fonds FORCE COVID-19 de 1000 milliards pour assurer la résilience économique et sociale». Toujours dans le cadre de la riposte contre la covid-19,  le Sénégal a élaboré et mis en place un «plan d’investissement pour un système de santé résilient et pérenne pour un montant de 500 milliards de francs CFA». Ce qui a permis entre autres, selon le ministre de la Santé, «l’augmentation des capacités de prévention et de prise en charge des maladies», «la réalisation de plusieurs centres de traitement épidémiques», «l’installation et l’équipement de laboratoires à l’intérieur du pays pour un diagnostic de proximité».

Dr Marie Khémesse Ngom Ndiaye n’a pas manqué de citer «l’investissement pour la souveraineté pharmaceutique matérialisé par la construction en cours d’une usine de production de vaccins en collaboration avec l’Institut Pasteur et la mise en place d’une agence de régulation pharmaceutique (ARP)» et la «couverture sanitaire universelle (CSU)».

Mariame DJIGO

Leave a reply