L’accord sur les  »Pertes et dommages’’ : un acquis considérable, juge un expert

0
264

(APS) – Le directeur du Centre de services scientifiques d’Afrique de l’Ouest sur le changement climatique et l’utilisation adaptée des terres (WASCAL), Assane Guèye, considère comme un « acquis considérable » l’accord sur ‘’les pertes et dommages’’ conclu récemment à Sharm-el Sheikh (Égypte) lors de la 27e Conférence des Nations unies sur le climat (COP27).

La COP27 est parvenue, fin novembre, en Egypte, à un accord sur l’établissement d’un mécanisme de financement pour indemniser les pays vulnérables pour les ‘’pertes et dommages’’ dus aux catastrophes induites par le climat.

‘’La Cop 27 est terminée il y a quelques semaines. Cette rencontre a permis aux pays africains d’avoir un acquis que, personnellement, je juge considérable parce que, pour une première fois, les pays vulnérables, notamment ceux d’Afrique, vont bénéficier d’un fonds d’aide qui leur permettra de financer leur stratégie d’adaptation’’, s’est félicité Assane Guèye.

Il intervenait en marge d’un panel axé sur le thème : ‘’Cop 27 : bilan et perspectives pour l’Afrique’’. Ce panel est organisé dans le cadre de la célébration des 10 ans du Centre ouest-africain de service scientifique sur le changement climatique et l’utilisation adaptée des terres (WASCAL).

Directeur de l’incubation, de la vulgarisation et de l’appui aux communautés, le professeur Mame Samba Mbaye penche pour la mise en place de solutions plus que jamais innovantes.

‘’On est attendu aujourd’hui dans les changements climatiques pour la mise en œuvre de solutions innovantes, pour permettre aux populations de faire correctement leur agriculture, de faire correctement leur élevage, de faire correctement leurs travaux pour pouvoir assurer leur survie correcte’’, a-t-il déclaré.

Relever ce défi nécessite, à son avis, de ‘’réunir les scientifiques, de ‘’voir quel est l’état d’avancement de ces connaissances en termes de recherche scientifique, comment est-ce qu’on peut les transformer en innovations qui peuvent permettre de régler les problèmes’’.

Il a rappelé les missions de l’université qui sont, selon lui, ‘’des missions de formation, de recherche et de services à la communauté’’. Il exhorte à ‘’former des ressources humaines capables de prendre en charge les problématiques de la société, de produire également des connaissances qui peuvent nous permettre de prendre en charge ces contraintes auxquelles les communautés sont confrontées’’.

Le Centre ouest-africain de service scientifique sur le changement climatique et l’utilisation adaptée des terres (WASCAL) est un programme de recherche développé pour relever le défi du changement climatique et de la variabilité croissante du climat et améliorer la résilience des systèmes humains et environnementaux. Il a été mis en place en 2012.

D’après un document remis à la presse, l’objectif du WASCAL est de fournir des informations et des connaissances aux niveaux local, national et régional à ses pays membres en Afrique de l’ouest, afin qu’ils puissent faire face aux effets néfastes du changement climatique.

Il consiste également à concevoir des options intégrées à moyen et long terme pour construire des paysages socio-écologiques résilients et productifs par le renforcement des capacités et des services environnementaux en Afrique de l’Ouest.

Leave a reply