L’oms sur le suivi du sars-cov-2 : Omicron, un variant sous surveillance

0
1062

Le variant Omicron est selon l’Organisation mondiale d(Oms) le variant préoccupant (Voc) présentant à ce jour le plus haut degré de divergence dans la transmission de la Covid19. Elle l’a fait savoir, en fin de semaine, lors de la réunion pour le suivi des variants du Sars-Cov2.

L’OMS a mis à jour son système de suivi et ses définitions de travail pour les variants du SARS-CoV-2, le virus responsable de la Covid-19, afin de mieux refléter la situation actuelle des variants dans le monde, de procéder à une évaluation indépendante des sous-lignées d’Omicron en circulation et de permettre une classification plus claire des nouveaux variants, le cas échéant.

Toutefois, depuis le début de la pandémie de Covid-19, de nombreux variants ont été désignés « variants préoccupants » (VOC) ou « variants à suivre » (VOI) par l’OMS, en fonction de leur potentiel de propagation et de leur capacité éventuelle à remplacer des variants antérieurs, à provoquer de nouvelles vagues d’infections avec une circulation accrue et à imposer un ajustement des mesures de santé publique.

Aujourd’hui,  au sortir de sa réunion de travail, l’Oms a déclaré dans un communiqué que le SARS-CoV-2 continue d’évoluer.  Ainsi sur la base d’études de comparaison de la réactivité antigénique croisée avec des sérums animaux, d’études de réplication dans des modèles expérimentaux des voies respiratoires humaines et de données issues d’études cliniques et épidémiologiques chez l’être humain, les experts du Groupe consultatif technique de l’OMS sur l’évolution du virus SARS-CoV-2 s’accordent à dire que, par rapport aux variants précédents, « Omicron est le VOC présentant à ce jour le plus haut degré de divergence ».  « Depuis leur émergence, les virus Omicron ont continué d’évoluer sur le plan génétique et antigénique pour donner un nombre croissant de sous-lignées, qui sont à ce jour toutes caractérisées par une capacité d’échappement à l’immunité existante de la population et par une préférence pour les voies respiratoires supérieures (plutôt qu’inférieures), par rapport aux VOC antérieurs à Omicron » a relevé le communiqué. Et d’ajouter : « plus de 98 % des séquences génétiques rendues publiques depuis février 2022 se rapportent aux virus Omicron et ces virus constituent le fond génétique à partir duquel de nouveaux variants du SARS-CoV-2 sont le plus susceptibles d’émerger, bien que l’apparition de variants dérivés de VOC précédemment en circulation ou de variants entièrement nouveaux reste possible ».

Par conséquent, à partir du 15 mars 2023, l’Oms a déclaré : « les sous-lignées d’Omicron seront classées de manière indépendante dans le système OMS de suivi des variants, en tant que variants sous surveillance (VUM), variants à suivre ou variants préoccupants ».

En outre, à l’avenir, l’OMS continuera de nommer les VOC par des lettres de l’alphabet grec, mais ne le fera plus pour les VOI. « Compte tenu de ces changements, les variants Alpha, Bêta, Gamma et Delta, ainsi que la lignée parentale d’Omicron (B.1.1.529), sont considérés comme des « variants anciennement préoccupants ». L’OMS a désormais classé le variant XBB.1.5 comme étant un VOI » a-t-elle fait savoir. Et d’attester : « ces changements n’impliquent pas que la circulation des virus Omicron ne constitue plus une menace pour la santé publique. Ils visent plutôt à permettre une meilleure identification des menaces supplémentaires ou nouvelles, au-delà de celles posées par les virus Omicron actuellement en circulation. »

Denise ZAROUR MEDANG

Leave a reply