Louga – Décès de Astou Sokhna à l’hôpital : Abdoulaye Diouf Sarr va faire la lumière

0
1082

Le ministère de la Santé et de l’Action sociale se montre décidé de faire la lumière sur la mort de la parturiente Astou Sokhna à l’hôpital de Louga. Dans un communiqué, il dit avoir envoyé « trois missions sur les lieux » pour « connaître les circonstances du décès », « situer toutes les responsabilités », et « prendre les mesures appropriées ». Ce, après le tollé et l’indignation qui ont suivi cette affaire.

L’affaire du décès de la parturiente Astou Sokhna à la maternité du centre hospitalier régional Amadou Sakhir Mbaye continue de susciter des réactions. Après l’indignation qui s’en est suivie, le ministère de la Santé et de l’Action Sociale a annoncé avoir « envoyé trois missions distinctes sur les lieux ». Selon lui, « l’objectif de ces missions, au-delà de connaître les circonstances du décès, est de situer toutes les responsabilités et de prendre les mesures appropriées ».

« La première mission est une mission d’inspection administrative conduite par l’inspection interne du ministère. La deuxième mission, composée de la Direction de la Santé de la Mère et de l’Enfant, de la Direction des Etablissements publics de Santé et de la Chaire de Gynécologie de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, est chargée de faire l’audit technique du décès de la patiente », informe un communiqué rendu public hier, mardi 12 avril.

Selon le document, « la troisième mission, conduite par la Direction générale de l’Action sociale, s’est rendue à Louga pour apporter à la famille de la défunte l’accompagnement psychosocial nécessaire ».

Le ministère de la Santé et de l’Action sociale « ne fuira pas ses responsabilités »

A la tête d’une délégation hier, à Louga, le directeur des Etablissements publics de santé (EPS), Ousmane Dia a fait savoir que le ministère de la Santé et de l’Action sociale va situer les responsabilités en ce qui concerne la mort de Astou Sokhna.

« A l’état actuel, c’est des rapports que nous attendons et déjà c’est qui en est train de se mener. De ce fait, tout le ministère s’est quasiment déplacé parce que c’est une délégation de près de 18 personnes qui a quitté Dakar pour anticiper sur éventuellement les dispositions à prendre dans ces genres de situation qui pourraient éventuellement se poser mais que nous souhaitons ne plus se répéter en tout cas, au niveau de nos structures hospitalières. Le ministère ne fuira pas ses responsabilités. Le ministre l’a dit, l’a répété, toute décision qui émanera des rapports que nous allons faire à partir de ce travail que toute la délégation du ministère a eu à effectuer ce jour et sous la responsabilité du médecin chef, les décisions seront prises très rapidement », a déclaré Ousmane Dia.

Et d’ajoute : « Pour quelqu’un qui a eu à fauter durant son parcours, les sanctions seront prises. S’il y a des défauts en matière de prise en charge, infrastructurelle, d’équipement ou autre, le ministère va corriger mais je vous rappelle que le ministère est là pour accompagner les populations, faire de sorte à ce que les hôpitaux fonctionnent correctement ».

Pour rappel, l’onde choc s’est rapidement propagée sur les réseaux sociaux après l’annonce de la mort de la dame du nom de Astou Sokhna dans la maternité de l’hôpital Amadou Sakhir Mbaye de Louga alors qu’elle devait « subir en urgence une césarienne ». Les premières informations qui ont circulé, ont mis en cause le personnel médical de l’hôpital, accusé tour à tour de négligence.

M DJIGO

Leave a reply