Macky sall à l’inauguration de la centrale électrique de 120 mw, de Malicounda : «Thiès est devenu l’un des hubs électriques majeurs de notre pays»

0
1006

Hôte de Thiès, depuis le mercredi 8 février, dans le cadre d’un Conseil des ministres décentralisé consacré à la région, le chef de l’Etat Macky Sall a inauguré avant-hier, samedi 11 février, à Malicounda, dans le département de Mbour (Thiès), une centrale électrique d’une capacité de 120 mégawatts et d’un coût de 101 milliards de FCFA. De l’avis du président Sall, à travers cette réalisation et d’autres infrastructures majeures, dont 12 centrales d’une puissance de 271 MW d’énergie solaire, le Sénégal marche résolument vers la souveraineté énergétique, dans une logique d’équité territoriale et de développement durable. Et «la Région de Thiès, est devenue l’un des hubs électriques majeurs de notre pays».    

«C’est avec plaisir et un sentiment de fierté que je viens procéder à l’inauguration de la deuxième la centrale de Malicounda d’une capacité de 120 MW après celle réceptionnée en 2016», a d’emblée déclaré le président de la République qui a inauguré avant-hier, samedi 11 février 2023, une centrale électrique à Malicounda (Mbour, Thiès). Selon Macky Sall, la réalisation de la centrale de Malicounda, d’une capacité de 120 MW, découle de son «option stratégique d’assurer une production forte et durable d’énergie, indispensable à l’émergence du Sénégal. Cet ouvrage d’envergure, d’un coût de 101 milliards de FCFA, ouvre une nouvelle ère dans le cadre du partenariat public privé, avec l’intégration de SENELEC comme actionnaire, permettant ainsi de renforcer la souveraineté énergétique et de réduire indirectement les coûts de l’électricité».

Le chef de l’Etat se réjouit d’avoir triplé la capacité énergétique du Sénégal, depuis son accession à la magistrature suprême, la portant de 500 MW en 2012 à plus de 1600 MW actuellement, avec un mix varié et équilibré. «Je rappelle qu’à mon accession à la magistrature suprême, en 2012, la puissance totale installée était d’environ 500 MW dont 8% provenait de l’hydroélectricité. Aujourd’hui la puissance installée totale a triplé pour atteindre plus de 1600 MW, avec un mix varié et équilibré et des perspectives encore plus prometteuses. Ces performances, fruit d’une politique hardie d’investissement, fondée sur le partenariat public privé, ont permis de résorber le gap de puissance, mettant ainsi fin aux coupures intempestives d’électricité d’alors.»

A l’en croire, aujourd’hui, «le Sénégal a amorcé un tournant décisif en terme d’indépendance énergétique assise autour de trois (3) piliers : «Le mix énergétique, devenu un impératif compte tenu de notre dépendance aux énergies fossiles avec leur caractère volatile ; Le Plan de relance intégré de l’électricité visant le renforcement des capacités de production, le développement des réseaux de transport et de distribution afin de connecter le territoire national, tout en favorisant son ouverture avec les pays voisins en tant qu’acteur du marché ouest africain de l’électricité (WAPP) et ; l’accès universel à l’électricité avec comme dessein, d’en finir avec la fracture énergétique qui impacte lourdement le budget de l’Etat et crée des déséquilibres dans nombre de secteurs de l’économie».

1552 KM D’AUTOROUTE ELECTRIQUE REALISES A PLUS DE 400 MILLIARDS, POUR LE DESENCLAVEMENT ELECTRIQUE TOTAL DE LA ZONE SUD ET SUD-EST

Mieux, ajoute-t-il, à travers la réalisation d’infrastructures majeures, dont 12 centrales d’une puissance installée de 271 MW d’énergie solaire, notre pays marche résolument vers la souveraineté énergétique dans une logique d’équité territoriale et de développement durable. Et «la Région de Thiès, au-delà de sa vocation de carrefour ferroviaire et autoroutier, est devenue l’un des hubs électriques majeurs de notre pays. En effet, Thiès accueille le plus grand nombre de centrales du parc de la SENELEC, qui portent l’empreinte de notre option judicieuse de mix énergétique, avec des centrales solaires comme celles de Malicounda, de Méouane et de Merina Dakhar», liste-il.

Sans oublier également la première centrale éolienne du pays installée à Taïba Ndiaye, forte d’une puissance installée de 158 MW, les nombreuses infrastructures de production d’électricité à partir des sources renouvelables telles que le soleil et l’éolien, ainsi que les centrales fonctionnant au fuel de Tobène et de Malicounda, disposant respectivement d’une puissance de 105MW et de 120 MW. «C’est également dans cette région qu’est installé un poste électrique numérique de dernière génération, le premier en Afrique de l’Ouest», cite-t-il.

Pour le président Sall, «C’est donc à juste titre qu’on trouve à Thiès les premières localités où nous avons réussi le pari de l’accès universel ; il s’agit de Taïba Ndiaye et Malicounda. C’est cette même prouesse que nous avons l’ambition de réaliser, avec célérité, dans les autres régions du pays, afin d’éclairer nos localités, d’améliorer les conditions de vie et de travail des populations et de soutenir l’entreprenariat et  l’économie des territoires», promet-il.

Toujours aux anges, Macky Sall rappelle ceci : «nous avons construit 1552 KM d’autoroute électrique pour un investissement de plus de 400 milliards de FCFA, consacrant ainsi le désenclavement électrique total de la zone Sud et Sud-Est du pays avec des postes injecteurs dans chaque capitale régionale».

ARRIVEE DU FIRST-GAS ANNONCEE AU DERNIER TRIMESTRE 2023, POUR FAIRE FONCTIONNER TOUTES LES CENTRALES AU GAZ

Dans son bilan de sa politique énergétique, il annonce de plus, que «le maillage du territoire national par le réseau interconnecté vient d’être achevé, mettant fin à l’isolement de certaines parties du territoire, consacrant ainsi un sursaut qualitatif et quantitatif du secteur énergétique. Dans ce sillage, l’arrivée du first-gas prévu au dernier trimestre de l’année, permettra de faire fonctionner toutes les centrales au gaz, soutenant ainsi notre politique de transition énergétique à travers la stratégie Gas to Power. Ces importantes réalisations confirment notre marche résolue vers l’accès universel à l’électricité».

Suffisant pour qu’il félicite le ministre du Pétrole et des Energies, Madame Aissatou Sophie Gladima, le Directeur général de la SENELEC Papa Mademba Bitèye et leurs équipes, exhortant tous à redoubler d’efforts pour relever les défis futurs. Une mention spéciale est accordée aux partenaires techniques et financiers, notamment la BAD et Africa 50. Macky Sall a relevé que 523 personnes ont été employées sur le site, parmi les populations, dans la mise en œuvre du projet notamment durant la phase de construction.

I.DIALLO

Leave a reply