Mamadou Seck, bâtonnier de l’ordre des avocats : «Le déficit de confiance et la défiance des citoyens à l’égard de leur justice jettent de façon dommageable le soupçon sur une institution qui ne le mérite pas»

0
332

Le bâtonnier de l’Ordre des avocats du Sénégal, Mamadou Seck, a plaidé hier, lundi 23 janvier 2023,  à la cérémonie de Rentrée solennelle des Cours et Tribunaux, pour plus de considération envers la justice.

«Notre justice n’a pas été épargnée, ces derniers temps, où nous avons été témoins plus généralement d’une confrontation entre les institutions et les citoyens, dont les formes comme les raisons ont pu laisser perplexes certains. Les commentaires sont aisés, fréquents, rarement convergents et les attentes des uns et des autres souvent teintées de contradictions. Quand les réseaux sociaux cherchent à s’imposer au droit et à la justice, quand le principe même d’autorité est rejeté,  quand le triomphe de droits subjectifs illimités est revendiqué avec âpreté sur des bases à géométrie variable, quand les décisions sont aussitôt contestées voire vilipendées, les acteurs de la justice sont interpellés au plus haut point pour que la justice ne tende pas à devenir le patient de son propre système judiciaire. Qu’ils soient, à tort ou à raison, le déficit de confiance et la défiance des citoyens à l’égard de leur justice jettent de façon dommageable le soupçon sur une institution qui ne le mérite pas et qui doit être respectée, car la justice est rendue au nom des citoyens, lesquels doivent s’y reconnaitre et s’y soumettre pour qu’elle reste ce pilier de l’Etat de droit.

Le respect dû à la justice est uniquement ou, à tout le moins en grande partie, le rôle de ses acteurs qui doivent en tout temps et circonstances se rappeler son sens de vertu et les exigences des responsabilités qui déterminent leur place dans la société. Notre justice doit être protégée, défendue par ceux qui l’animent et qu’elle transcende, pour être la plus parfaite possible. Ils doivent se rappeler que la justice est aussi une vertu personnelle et un niveau d’excellence morale. Ce que l’on peut appeler un affaiblissement de l’autorité judiciaire procède, certes, d’un état d’esprit de certains citoyens, mais, reconnaissons-le aussi, est entretenu de l’intérieur de l’institution par certains de nos comportements. Les acteurs de la justice doivent être irréprochables, les magistrats exerçant leur magistère avec indépendance et impartialité et les avocats assurant la défense dans la dignité, l’honneur, le courage et en toute indépendance. Les acteurs de la justice que nous sommes, avons tout pour jouer notre partition, surtout que nous avons tous, un jour, prêté serment d’être «indépendants» et «dignes» pour ne citer que ces deux principes essentiels qui nous caractérisent».

Fatou NDIAYE

Leave a reply