Mauvaises habitudes de consommation : le Sénégal face au défi du changement

0
250

Le ministère de l’environnement, du développement durable et de la transition écologique cherche à avoir une politique bien plus protectrice de la biodiversité. La validation de sa nouvelle stratégie nationale des modes de productions et de consommation, a réuni les acteurs concernés hier, mercredi 28 septembre. 

L’expert en environnement, Mass Lo, a plaidé hier, mercredi 28 septembre, lors de l’atelier de validation de la nouvelle stratégie nationale des modes de productions et de consommation durables, pour un changement d’attitudes de consommation. Selon lui, le taux de recyclage des déchets est très faible car, le pays ne dispose pas d’outils le permettant. Il estime également trop important le gaspillage de nourriture surtout lors des grandes cérémonies.

Dans les modes de consommation qui doivent changer, le Sénégal doit également apprendre à davantage transformer ses produits horticoles et son lait produit en grande quantité pendant la période hivernale. Selon Mass Lo, les entreprises nationales doivent plus chercher à se faire certifier étant donné que la plupart d’entre elles, ne le sont pas. C’est donc pour changer la donne que le Sénégal cherche à se doter d’une autre politique.

«La mise en place de la Stratégie nationale sur la production et la consommation durables exige un changement de paradigme, pour que les mutations espérées soient inscrites au cœur des projets de développement», a soutenu le directeur adjoint de l’environnement et des établissements classés, Cheikh Fofana. Pour qu’une telle stratégie soit au cœur de la conception, de la planification, de l’exécution et du suivi-évaluation des projets de développement, il faut un changement de paradigme à travers des modes de production et de consommation durables», ajoute-t-il.

Cheikh Fofana d’affirmer en outre, «on ne peut plus continuer à exploiter nos ressources comme nous le faisions. Cela peut entraîner des nuisances et engendrer la dégradation du cadre de vie». A son avis, il fait observer que le modèle économique actuel, à travers les modes de consommation et de production non respectueux de l’environnement, affecte les ressources naturelles, déséquilibre les fonctions écologiques essentielles et impacte négativement aussi bien la capacité de développement que le bien-être des populations».

Fatou NDIAYE

Leave a reply