« On a donné des licences sur des segments de pêche qui n’existaient pas, ni dans la loi, ni dans le code des pêches», Adama LAM, président de la CNES.

0
359

La pêche artisanale fait 90% de mise à terre au Sénégal au moment où l’industrielle ne fait que 10%. Ces chiffres sont du président du Confédération Nationale des Employeurs du Sénégal (CNES) qui fustige par ailleurs l’octroi de licences de pêche à des bateaux qui viennent piller les ressources halieutiques que devaient pêcher ceux qui pratiquent la pêche artisanale.

«On ne peut pas comprendre qu’on ait gelé l’octroi de licences à des industriels, que la pêche artisanale elle-même a  accepté qu’il y ait un recensement général et qu’on ne donne plus de nouvelles pirogues et qu’on ait la latitude de donner des licences à des bateaux qui viennent pécher ce que pèchent nos artisans.

On a donné des licences sur des segments de pêches qui n’existaient pas, ni dans la loi, ni dans le code des pêches. On l’a fait sciemment et on nous a dit que c’était des erreurs. Mais, on se remettra de cette situation-là au moins pendant 5 à 10 ans », a déploré Adama Lam, invité de l’émission Objection de la radio privée Sud Fm de ce dimanche 03 avril 2022.

La conséquence de ces octrois est que, à son avis, « le pêcheur artisan ne vit plus. Les difficultés sont telles qu’elle ne peut plus trouver sa subsistance quotidienne. Et cela l’est d’autant que nous avons une crise accentuée en Ukraine ».

L’Ingénieur en génie civil pense que pour une bonne gestion des ressources halieutiques, il faudrait d’abord contrôler « l’effort de pêche, c’est à dire le nombre de bateaux, qu’il s’agisse de bateaux industriels ou de pirogues ». Encore que, pour lui, « le basique de l’attribution des licences est qu’il faut que la ressource soit disponible. Elle ne l’est plus, tous les stocks sont pratiquement surexploités ».

J M D

Leave a reply