Organisation des manifestations : Sérigne Mbaye Thiam fait la leçon à Yewwi

0
172

« Le matin du 23 juin, pendant que le comité de coordination se réunissait au siège de la RADDHO, on m’avait chargé de les devancer à la place Soweto. Lorsque je suis arrivé, à deux reprises, j’ai pris le micro-porte-voix du commissaire Arona Sy pour calmer les ardeurs chez les manifestants. Une deuxième fois, les esprits commençaient à se réchauffer. Il m’a redonné le micro-porte-voix et j’ai parlé aux manifestants. En réalité, les échauffourées ont commencé quand les policiers ont chargé les manifestants devant la place Soweto parce que c’était une manifestation pacifique. Premier élément où des leaders de la manifestation du 23 juin ont parlé aux manifestants et c’est historique. C’est le commissaire Arona Sy à l’époque qui a donné le micro-porte-voix pour leur demander de faire une manifestation non violente. Ce n’est pas ce qu’on constate aujourd’hui. Avant même la manifestation, on appelle à des manifestations violentes. Deuxième illustration du 23 juin, quand dans l’après-midi, le Président Wade a retiré le projet de loi et qu’il y avait un monde fou à Soweto, les forces de sécurité étaient débordées. Les manifestants ont dit qu’ils vont marcher vers le Palais. Ce sont les leaders qui leur ont dit que notre objectif était le retrait du projet de loi, ce n’était pas de mettre en péril les institutions. C’est des leçons et des messages, pour moi, à retenir pour dire qu’on peut être ferme dans ses revendications tout en respectant l’intégrité des personnes physiques et des institutions», rappelle l’un des acteurs de la deuxième alternance.

Marème DJIGO

Leave a reply