‘’Près de 54 personnes interpellées’’ depuis le 16 mars à Diourbel, Mbacké, Mbour, Tivaouane et Thiès

0
686

(APS) – « Près de 54 personnes » ont été « interpellées » dans les départements de Diourbel, Mbacké (centre), Mbour, Thiès et Tivaouane (ouest), lors des manifestations du 16 mars dernier, annonce un communiqué du procureur général de la cour d’appel de Thiès.

« Il y a lieu de signaler également qu’à l’occasion des manifestations interdites du 16 mars 2023, près de 54 personnes ont été interpellées dans les départements de Diourbel, Mbacké, Mbour, Thiès et Tivaouane », affirme le communiqué.

Le procureur général déclare que « depuis février 2023, à l’instar de ce qui se passe sur l’étendue du pays ou presque, le ressort de la cour d’appel de Thiès, qui polarise les tribunaux de grande instance (TGI) de Diourbel, Mbour et Thiès, n’est pas épargné par des troubles graves à la tranquillité publique, à l’occasion de réunions interdites sur la voie publique ».

Dans le but de sanctionner ces « comportements gravement attentatoires à la sécurité des biens et des personnes, les procureurs, en rapport avec le procureur général, ont gradué la riposte en fonction de la plus ou moins grande responsabilité pénale encourue par les personnes arrêtées », précise la même source.

Elle ajoute que “l’ouverture d’informations judiciaires a été requise à l’encontre des personnes qui […] ont appelé leurs partisans, via les réseaux sociaux, à exercer des violences physiques contre les membres des forces de défense et de sécurité ou à l’égard de responsables de Benno Bokk Yaakaar », la coalition de la majorité au pouvoir.

Madiaw Diop, Abdoulaye Thomas Faye et Serigne Diagne Diokhané font partie des personnes « interpellées », selon le procureur général.

La procédure de flagrant délit a été suivie à l’encontre des personnes ayant « simplement participé à des attroupements non armés ».

« Dans le souci de tenir compte des garanties de représentation offertes par les inculpés, le parquet n’exclut pas de requérir, à leur faveur, à un contrôle judiciaire assorti d’une assignation à résidence sous surveillance électronique, lorsque les conditions prévues par la loi le permettent ».

Auparavant, le 10 février, lors d’un meeting d’Ousmane Sonko interdit par le préfet de Mbacké, 69 personnes avaient été « interpellées » et déférées au parquet de Diourbel, qui avait requis l’ouverture d’une information judiciaire et le placement sous mandat de dépôt de 54 d’entre elles.

Elles étaient poursuivies pour les infractions de « participation à un rassemblement interdit et à des actions diverses ayant causé des dommages aux biens », de « dégradation de biens publics », de « dommages à la propriété mobilière immobilière d’autrui », de « manœuvres et actes de nature à compromettre la sécurité publique ou à occasionner des troubles publics graves ».

« Outre les attaques brutales dirigées contre les personnels de police et de gendarmerie, plusieurs manifestants se sont livrés à des actes de saccage et de vandalisme sur des édifices publics et privés », affirme le communiqué du procureur de la cour d’appel de Thiès.

Le cumul des personnes « interpellées » pour les motifs invoqués ci-dessus par l’autorité judiciaire est de 123, dans les cinq départements mentionnés.

Leave a reply