Prise en charge pré-hivernale : nostalgie des campagnes de saupoudrage du Service d’hygiène

0
728

Depuis quelques années, les campagnes préventives pré-hivernales ont disparu de la mémoire des populations. Les agents du Service d’hygiène font très peu des campagnes de saupoudrage ou encore de désinfection pour tuer les larves pour la réduction du paludisme au Sénégal. Les collectivités locales, principales appuis/bailleurs de telles campagnes ne jouant plus le jeu.

L’hivernage s’installe timidement dans la capitale sénégalaise où les premières pluies ont été enregistrées lundi dernier. Avec cette canicule notée, malgré la pluie, beaucoup de zones sont infestées de moustiques. Des flaques d’eau sont visibles dans des quartiers, ajoutés à l’eau des égouts qui se déverse dans les rues. Une situation qui favorise la reproduction des moustiques. Quand la nuit tombe, c’est tout un problème pour trouver le sommeil sous leur bourdonnement. Pis, leurs piqûres. Dormir sous Moustiquaire imprégnée à longue durée d’action (Milda), reste une des meilleures solutions pour échapper à cette «torture». Cependant, bons nombres de Sénégalais avancent ne pas supporter dormir sous Milda.

L’autre option est l’utilisation d’antiseptique pour lutter contre les moustiques. Aujourd’hui, si des adultes se souviennent des campagnes de saupoudrage ou de désinfection dans les quartiers ou encore au niveau national, par le Service d’hygiène, les moins jeunes n’ont pas souvenance de ces moments.  «Vingt ans en arrière, chaque année, l’information était donnée par la radio nationale, pour indiquer l’heure et le jour où devront se dérouler la campagne. Les saupoudrages se faisaient la nuit, à partir de 21h. Les autorités demandaient à la population de faire rentrer tous les bagages destinés à la cuisine. Les agents du Service d’hygiène, à bord de pick-up, recouvert de masques de protection, de charlottes, passaient à l’acte dans toutes les artères du quartier. Une situation qui nous permettait d’échapper pendant un bon moment aux moustiques», se remémore Ismaïla Diagne.

Certes, le paludisme a connu un recul important dans le pays ; mais il reste toujours endémique dans plusieurs localités du Sénégal dont le Sud-Est et le Centre du pays. Avec l’arrivée de la Covid-19, beaucoup de programmes ont vu leurs budgets revus à la baisse ou leurs activités orientées vers la lutte contre cette pandémie qui a touché le monde entier. Et le Service d’hygiène n’a pas échappé à cette donne.

Les actions de lutte pré-hivernale contre le paludisme doivent être supportées par les élus des collectivités territoriales. Mais, peu d’entre eux en font une priorité, sous prétexte que leur commune n’a pas beaucoup de budget pour survivre. De ce fait, la santé est reléguée au second plan.

Au Service d’hygiène, les activités sont orientées vers le contrôle des denrées alimentaires, la désinfection de certains sites importants de rencontres comme les hôpitaux, les lieux de cultes, les «daaras», entre autres. En plus d’être en sous effectifs, ils évoquent le problème de moyens pour mener des campagnes de grande envergure. N’ayant pas les moyens de sa politique, le Service d’hygiène lance, chaque année, sa campagne pré-hivernale en plein hivernage, avec quelques sites choisis.

Toutefois, si les habitants d’un quartier ou d’un secteur s’organisent, en mettant à disposition les moyens pour acheter les produits, les agents des Services d’hygiène se déportent sur les lieux pour procéder à la désinfection.

Denise ZAROUR MEDANG 

Leave a reply