Réserve naturelle communautaire de Dindéfélo : un paradis méconnu des Sénégalais

0
475

A 737 km de la capitale sénégalaise, à environ 9 heures de trajet, une luxuriante nature s’offre aux visiteurs du Sénégal oriental. Loin des stéréotypes et préjugés qui voudraient faire de la région collinaire une zone abandonnée des dieux, Kédougou offre un cadre paradisiaque aux fans de randonnée pédestre, amoureux de la nature et de trésors archéologiques. En effet, deux types de tourisme existent à Kédougou, un tourisme écologique avec des sites comme les cascades de Dindéfélo, de Ségou et un tourisme culturel marqué par les traditionnelles festivités culturelles des Peuls, l’initiation chez les Bassari et Bedik, peuples fiers dont les habitats sont jonchés en haut des collines ou dans des endroits pittoresques entourés d’une végétation luxuriante et de belles cases en terres cuites ou en bambou. Reportage-découverte de Sud Quotidien en deux jets.

 Par Papa Alioune DIENG                                                                                                          

Dindefelo, référence du tourisme écologique africain

C’est entre 1915-1920 que la cascade de Dindéfélo a été découverte par le chasseur-fondateur dudit village, Manga Dian Pathé Traoré lors de ses activités de chasse. Avec son énorme biodiversité, la réserve naturelle est située au sud-ouest du Sénégal dans la région de Kédougou, entre le Parc National du Niokolo Koba et les massifs de montagnes du Fouta Djallon en République de Guinée. Avec une superficie de 14 000 hectares, la réserve de Dindéfélo est comprise entre 12 villages signataires d’une convention locale qui a pour but de protéger la nature, conserver les chimpanzés, une espèce en danger d’extinction, mais aussi d’améliorer les conditions de vies des populations à travers le tourisme, le développement durable et l’environnement.

Déclarée patrimoine Culturel, Patrimoine Mondial de l’Humanité par l’Unesco depuis 2012, la Réserve est incluse dans le territoire du Pays Bassari composé de trois régions géographiques avec des caractéristiques géomorphologiques particulières : celle des Bassari, la zone de Salémata, celle des Bediks, la zone de Bandafassi et celle des Peulhs, la zone de Dindéfélo.

Ainsi, elle offre une grande diversité géologique, géomorphologique et biologique. Cette biodiversité se retrouve notamment dans la qualité des effleurements que l’on peut observer, la richesse de la faune et de la flore qui habitent ces milieux, qui ont fait de cette région une destination prisée du tourisme au Sénégal. Pour préserver cette biodiversité et assurer le développement durable de la localité, l’Etat du Sénégal (collectivité et population locale), avec la collaboration de plusieurs organismes nationaux comme l’USAID, l’ARD, la Direction des Eaux et Forêts, de la Chasse et de la Conservation des sols et internationaux comme l’institut Jane Goodall ont créé depuis le 05 janvier 2010, la réserve naturelle communautaire de Dindéfélo (RNCD).

La réserve naturelle de Dindéfélo, un paradis terrestre

Littéralement, Dindéfélo est un mot Peulh qui signifie «au pied de la montagne». Située à 35 km de la capitale régionale Kédougou, la commune de Dindéfélo figure parmi le top 10 des destinations touristiques les plus visitées du Sénégal et triomphe à la tête du classement des sites les plus usitées du Sénégal oriental. D’ailleurs, chaque année des milliers de touristes venus de partout y passent un séjour des plus agréables.

Ce qui lui vaut d’ailleurs de figurer sur la liste du site de voyage français TripAdvisor, le Routard ou encore le Petit Futé. Du haut de ses 115 m, la cascade la plus élevée du Sénégal est tel un joyau caché à l’intérieur d’un labyrinthe. Été comme hiver, les chutes d’eau de Dindéfélo tirant leur source depuis le village de Dandé (signifie au-delà de la montagne en Peulh, ndlr), offre un havre de paix doublé d’une fraîcheur inégalable. Pour y accéder, une fois à Dindéfélo, les visiteurs doivent se diriger au centre d’accueil pour bénéficier d’une présentation de la réserve, du planning de visite des sites et s’acquitter des droits de visite d’un montant de 2000 frs pour les non-résidents 1000 frs pour les résidents et 250 pour les élèves. Ainsi, ils auront le loisir de choisir entre les expérimentés guides à leur disposition moyennant 10 000frs la journée et 5000 frs pour la prestation du guide pour la Cascade. Située à 45 minutes de marche à travers une forêt galerie et un chemin rocailleux, les visiteurs auront droit à une vue sur la cascade. Tout le long de la route, de curieux chimpanzés aux dimensions impressionnantes, des singes et des oiseaux tiennent compagnie les visiteurs ; de quoi alléger le kilomètre à parcourir. D’autres sites touristiques marquent leur empreinte comme les grottes et source de la cascade, les montagnes en forme de dents à Dandé.

Mythe fondateur de la grotte de Dandé et des villages animistes

Avec un paysage aussi beau que torturé, Kédougou est une ville où l’on admire les plus beaux clichés du Sénégal.  Le visiteur est saisi par ces falaises de couleur ocre parsemées d’arbustes. La traversée à pied, en deux roux ou en voitures, offre un spectacle à nul autre pareil. Ainsi, on peut profiter de magnifiques panoramas sur les montagnes que la nature exulte fièrement.  Résultant à la fois de l’activité de l’homme et de la nature, la diversité de ses paysages réinvente au gré des vents et latérites. Un lieu où les mots grands et splendides prennent tout leur sens.

Véritable musée architectural à ciel ouvert, les grottes de Dandé sont une pure merveille. Mythes ou réalités, deux versions accompagnent la création de cette cave à l’intérieur de la montagne. D’une hauteur de 5 mètres, certains affilient la création de la grotte de Dandé au règne de l’ancien Président musulman guinéen Sékou Touré et de sa volonté à vouloir en découdre avec les animistes. Une autre version est donnée par le responsable du centre d’accueil de Dindéfélo M. Sylla, qui dit que la création de cette grotte « est liée à la volonté du groupe d’Alpha Yaya d’islamiser les Bédik qui s’en servaient comme un refuge contre les envahisseurs». Ce mythique endroit leur servait également d’hôpital pour les blessés de guerre avant leur évacuation ou encore un lieu où ils fabriquent la poudre à canon et d’entrepôts de leur armement.

D’ailleurs, de leur refus d’embrasser la religion musulmane, naîtront les villages tels que Kondodji, Iwol, Ibel, Bandafassi ou encore Ethiowol, situés en haut des montagnes afin de décourager les envahisseurs.

La réserve de Dindéfélo, un paradis animalier

Appartenant à la famille des hominidés, le Pan Troglodytes ou chimpanzé, l’espèce la plus emblématique de la Réserve est cataloguée en danger critique de disparition depuis l’année 2016 par l’UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature). Selon cette organisation internationale, les facteurs qui pourraient conduire à leur perte concerneraient la destruction de leur habitat notamment le feu de brousse ou encore les coupes des arbres fruitiers dont ils se nourrissent comme le saba senegalensis, l’adansonia digitata, les écorces, les feuilles et les petits oiseaux. Il y a aussi d’autres facteurs tels que le braconnage et les maladies. Car ces primates partagent avec l’homme 95 à 98% de leur ADN, d’où leur vulnérabilité aux maladies infectieuses.

La Réserve Naturelle Communautaire de Dindéfélo offre la possibilité de réaliser une visite guidée pour l’interprétation de la flore et la faune sauvage notamment pour connaître la réalité de la sous espèce du chimpanzé de l’Afrique Occidentale, le Pan Troglodytes Verus.

Pour ce faire, les visiteurs doivent d’abord faire des réservations 48 heures à l’avance durant les mois de Décembre, Janvier et Février et 24 heures les autres mois. Ensuite, chacun devra s’acquitter des droits de visite fixés à 30000 non-remboursable. A noter que les chimpanzés sont des animaux sauvages qui se déplacent fréquemment à la recherche de nourriture, d’eau et fraîcheur, par conséquent les probabilités d’observation des chimpanzés varient selon la saison de l’année et elle n’est pas garantie. Effectuées avec un groupe de personnes limité à 3 en compagnie d’un éco-guide accrédité de la Réserve, les visites s’effectuent le matin à 06 heures 30 minutes et une autre l’après-midi à 14 heures 30minutes. Observer ces majestueuses créatures dotées d’une force 4 fois supérieure à celle d’un adulte demande des précautions notamment du point de vue vestimentaire.

En effet, les visiteurs doivent porter des couleurs outre que le rouge ou le blanc ainsi que des chaussures adéquates.  D’une durée moyenne de 2 à 3 heures pour la visite, une fois sur place, les visiteurs disposeront de 20 minutes comme temps d’observation directe des chimpanzés.

Une fois ces conditions réunies, les visiteurs chanceux peuvent profiter de spectacles uniques en épiant les chimpanzés en train de s’épouiller. Une pratique qui se fait entre deux ou plusieurs chimpanzés du même clan et consistant à enlever les saletés de l’autre tour à tour ou encore à apaiser les chimpanzés tendus.

La réserve naturelle de Dindéfélo, un important parc volatile

La zone est aussi reconnue comme zone d’importance pour la Conservation des oiseaux (ZICO), avec plus de 250 espèces d’oiseaux sédentaires ou migrateurs. On dénombrait en 2013 plus de 220 espèces et 254 en 2019 dont le Trogon narina, Touraco Vert, faucon lanier qui sont des espèces sédentaires. Il y a le Traquet familier, le S. à poitrine rouge, le  Gonolek de Barbarie, le  Guêpier à gorge rouge, Autour gabar, le  lrrisor moquer, le  Bagadais casqué, le Crombec  Site/le, le Bateleur des savanes, le  Calao à bec rouge, la Tourtelette améthystine Columbar à front nu, la Veuve dominicaine , le Tchitrec  bleu, le  Pririt à collier , l’Apalis à gorge jaune , C. à calotte blanche, le Barbion à croupion jaune, la Tourterelle de /’Adamaoua , le Tchitrec d’Afrique, l’Euplecte Monseigneur, le  Piapiac africain, le Rollier à ventre bleu , le Touraco gris, le Martinet des palmes, le  Perroquet youyou Ch. à longue queue, l’ Euplecte à dos d’or, le Vautour charognard, le Martin-pêcheur pie, le Martin-pêcheur géant, l’Ombrette africaine, le  Vanneau à tête blanche, le  Crécere lle renard, le Faucon lanier ,l’Hirondelle isabelline, le Rufipenne de Neumann.

La RNCD, un géo patrimoine particulier

L’histoire géologique de la Réserve commence vers deux milliards d’années et se poursuit jusqu’à l’époque actuelle. Ces processus ont permis la mise en place de plusieurs catégories de roches ; le socle formé de granites roses, de granodiorites et de roches métamorphiques ; les formations sédimentaires constituées de conglomérats, de carbonates à tidalites, de grès, de dépôts glaciaires, de pélites vertes, de quartzarénites, de dolomites calcaires, de cherts, de pélites violettes et les roches volcaniques essentiellement constituées de dolérites et basaltes.

Située dans la quatrième côte la plus vieille du monde, la réserve naturelle communautaire de Dindéfélo possède une valeur remarquable en termes de géologie, incluant les stromatolithes vieux de 1000 Ma, parmi les plus anciens signes de vie de la Réserve, et du monde ainsi que des granites roses du fleuve Gambie, classés parmi les roches les plus anciennes du monde, des formations glaciaires (Walidiala).

Depuis 1984, certains universitaires du Sénégal, passent beaucoup de temps dans cette zone pour recueillir la matière de leur Mémoire, Thèse, ou Doctorat. Dans cette même perspective, la Réserve et l’Université Huelva en Espagne, collaborent avec le Ministère des Mines et de la Géologie, pour entamer un processus de création de géoparc autour de Dindéfélo en tant que site pilote, afin de constituer le 3ème Géoparc en Afrique, après le Maroc et la Tanzanie.

Une géo-diversité impressionnante

Cette longue histoire géologique a donné lieu à de nombreux sites géologiques et géomorphologiques qui ont des intérêts scientifiques, pédagogiques et socio-économiques. En plus, ils constituent l’un des derniers refuges pour les espèces biologiques menacées au Sénégal. Parmi ces sites géologiques, nous avons les cascades de Dindéfélo, d’Affia-Ségou, de Pélel, et la Petite Cascade ; les dents de Dandé, mises en place par une fracturation conjuguée et très intense, donnant un aspect en ruine, d’où l’appellation de grès ruiniformes ; la grotte de Dandé, un site historique parmi les plus anciens sites d’extraction minérale au Sénégal ; les granites roses l’une des plus anciennes roches du monde.

Il y a aussi les formations glaciaires qui témoignent d’une glaciation mondiale il y a 630 millions d’années, très visibles sur la vallée de Walidiala ; les stromatolites : l’une des premières formes de vie au monde, sur la partie haute de la formation Pélel, les tidalites marqueurs d’une des plus anciennes côtes du monde, répandues dans toute la Réserve. Et enfin, le fleuve Gambie transfrontalier, d’importance écologique, touristique, et culturelle. Il constitue l’une des sources qui alimentent les aquifères, captés par les forages des villages aux alentours.

LES BERGES DU FLEUVE GAMBIE, LIEU DE COMMUNION DES POPULATIONS PEUL, BEDIK ET BASSARI

Ne disposant pas de branchement d’eau ni de réseau d’adduction d’eau chez eux, les femmes se tournent vers le fleuve Gambie qui longe la région de Kédougou pour non seulement laver leur linge mais aussi faire la vaisselle. Une bonne occasion pour leur communion et un cliché pittoresque pour les visiteurs des grandes métropoles aux conditions plus favorables. En amont ou en aval, les berges du fleuve sont un endroit idéal pour improviser un pique-nique ou une baignade. Ainsi, chaque week-end des dizaines d’hommes et de femmes s’y retrouvent pour linger. D’ailleurs, sur les berges du village de Thiabécaré traversé par le fleuve Gambie, distant de 20 kilomètres de Kédougou et 7 kilomètres de Dindéfélo se trouve le campement Tako Mayo, l’un des meilleurs de la région. Disposant d’une douzaine de case en style bungalow, confortable et doté de douches individuelles et du wifi accessible localement. En plus du gazouillement des oiseaux, les pensionnaires pourront bénéficier d’une visite guidée le long du fleuve.

En plus de ce cadre accueillant, le campement Tako Mayo abrite un centre de formation pour des produits locaux sous forme de confiture, un grand atelier de couture et de teinture.

Dans la Réserve Naturelle Communautaire de Dindéfélo, il y a 7 campements touristiques dont celui de Badala, le campement Teranga de Ségou, le Dogon du Fouta, le campement villageois, Africa cascade et chez Doba situé sur la montagne. Pour leur construction les matériaux de la région tels que le bambou, la paille ou le forcis ont été utilisés, l’architecture Peul traditionnelle y est respectée. De cette façon, les campements s’intègrent dans le paysage.

 

Leave a reply