Royaume-Uni: Rishi Sunak en bonne posture pour devenir Premier ministre

0
857

L’ex-Premier ministre britannique Boris Johnson a annoncé ce dimanche renoncer à se présenter dans la campagne pour Downing Street, renforçant les chances du grand favori Rishi Sunak pour succéder, sauf nouveau coup de théâtre, à Liz Truss.

Il avait écourté ses vacances en République dominicaine pour rentrer en urgence au Royaume-Uni après la démission de Liz Truss. À peine sorti de l’avion, il a vu Rishi Sunak pour parler d’une alliance. Et il a même téléphoné à Penny Mordaunt, alors troisième candidate, pour l’inviter à sortir de la course pour le soutenir. Ce qu’elle a refusé, rapporte notre correspondante à Londres, Sidonie Gaucher.

Alors qu’est-ce qui s’est passé ? Jusqu’à la dernière minute, l’entourage promettait que l’ancien Premier ministre avait obtenu ses 100 signatures, et on attendait une annonce surprise. Mais la surprise, c’est qu’il se retire de la course au poste de Premier ministre qu’il occupait jusqu’à son départ en juillet.

Car il n’a plus le soutien de son parti et des députés conservateurs promettaient d’organiser des élections partielles s’il revenait. « Au cours des derniers jours, je suis malheureusement arrivé à la conclusion que ce ne serait tout simplement pas la bonne chose à faire. Vous ne pouvez pas gouverner efficacement si vous n’avez pas un parti uni au Parlement », a déclaré Boris Johnson dans un communiqué, à quelques heures de la clôture des candidatures. Il a alors promis d’apporter son soutien à la personne qui emportera la course.

Sous le coup d’une enquête parlementaire

Le choix devrait se faire entre Penny Mordaunt, ministre des Relations avec le Parlement qui n’a pas encore réuni les 100 parrainages, et Rishi Sunak. Elle possède 30 signatures, il en a 165… Il reste donc encore un tout petit peu de suspense, même si ce n’est que pour la forme. Penny Mordaunt refuse, au moins symboliquement, le couronnement de Rishi Sunak.

La voie est donc quasiment libre, pour l’ancien ministre des Finances de Boris Johnson. Cet été, sa démission du poste de chancelier de l’Échiquier avait sonné la fin de l’aventure de Boris Johnson à la tête du Royaume-Uni.

Plus tôt dimanche, Rishi Sunak, gardien de l’orthodoxie budgétaire et bourreau de travail, s’était officiellement porté candidat pour succéder à Liz Truss, restée en poste 44 jours seulement et qui l’avait battu cet été. Lors de cette déclaration, il a assuré vouloir « stabiliser l’économie, unir notre Parti conservateur et travailler pour mon pays ». Lors de sa précédente candidature, Rishi Sunak proposait des hausses d’impôts pour financer des services publics sur les rotules et endiguer l’endettement public. Le profil parfait pour rassurer les marchés et peut-être les Britanniques.

Si Penny Mordaunt ne se retire pas et atteint les 100 parrainages, les députés conservateurs voteront lundi 24 octobre pour indiquer à la base du parti qui est leur préféré. Les membres pourront ensuite voter en ligne jusqu’au 28 octobre. Le vote indicatif des députés n’existait pas cet été, quand les quelque 140 000 votants du parti avaient élu Liz Truss, alors que les députés lui préféraient Rishi Sunak.

Si Rishi Sunak est seul à pouvoir se présenter, faute de parrainages, il n’y aura pas de vote et il entrera automatiquement au 10 Downing Street dès ce soir.

Rfi.fr

Leave a reply