Saint-Louis: amélioration de la chaîne de valeur riz au Sénégal : le Projet TAAT lancé par l’ISRA et AFRICARICE sur financement de la BAD

0
327

La production nationale du riz en 2022 est estimée à 775.016 tonnes de riz blanc là où les importations étaient à 1.487.336 tonnes soit 346,789 milliards FCFA. Cet important écart entre la production nationale et les importations justifie la stratégie de souveraineté alimentaire du gouvernement qui ambitionne de résorber cet écart en 2028. Ainsi, pour combler ce gap et faire face à ces nombreux manquements, l’ISRA en partenariat avec le Centre du Riz pour l’Afrique (AfricaRice) a lancé le projet TAAT (Technologies pour la Transformation de l’Agriculture en Afrique) – Compact Riz qui vise à améliorer la chaine de valeur riz. Un atelier a réuni les différents acteurs pour une mutualisation des efforts et actions. Il s’agit pour eux de partager les activités afin de mieux les planifier. Les activités prévues dans ce projet sont réparties en cinq (5) composantes à savoir la production durable de semences de première génération orientée vers le marché ; le renforcement des plateformes d’innovation pour diffuser les semences de variétés climato-intelligentes ; catalyser la mise à l’échelle en démontrant les technologies rizicoles ; organiser des journées de promotion de la technologie au niveau national et local et enfin organiser des foires aux semences et à la transformation du riz. En présence de la Directrice du Centre de Recherches Agricoles ISRA de Saint-Louis, Dr Mame Fama Ndiaye, de la représentante de la Direction régionale du développement rural (DRDR) de Saint-Louis, ainsi que de leurs partenaires, les maîtres de recherches de l’ISRA ont déroulé une série de présentations relatives à ce projet.

«Nous avons réuni l’ensemble des acteurs des différents maillons que sont la production, la transformation et la consommation pour partager et planifier les activités liées à ce projet. C’est pour voir comment rentabiliser ce qui est prévu dans ce projet afin d’impacter dans la chaîne de valeur», a fait savoir Omar Ndaw Faye, maître de recherches au niveau du Centre de Recherches agricoles de l’ISRA de Saint-Louis, par ailleurs, Coordonnateur de ce projet. Lors de cet atelier, les acteurs sont revenus sur les difficultés rencontrées dans la production de semences. «Ces problèmes sont liés au manque de matériels agricoles, au non-respect du calendrier cultural, entre autres», a souligné la représentante de la DRDR de Saint-Louis, Mme Mame Fama Kébé Diémé qui a estimé que ce projet est venu à son heure.

YVES TENDENG

Leave a reply