Saint-Louis – élection présidentielle du 25 février 2024 : le Mouvement «ACCES» dit niet à une 3ème candidature de Macky Sall

0
1212

Le Mouvement des Acteurs du Civisme et de la Citoyenneté pour l’Émergence du Sénégal (ACCES) n’est pas du tout prêt à accepter une troisième candidature du Président Macky Sall pour briguer un 3e mandat consécutif. Cela n’est pas du goût de ces membres qui comptent s’y opposer. C’est ce qu’a annoncé le Président dudit Mouvement en l’occurrence Mamadou Fadel Koné lors d’une émission réalisée dans une télévision à Saint-Louis.

Ingénieur en génie civil et Président du Mouvement des Acteurs du Civisme et de la Citoyenneté pour l’Émergence du Sénégal (ACCES), Mamadou Fadel Koné est remonté contre une éventuelle troisième candidature du Président Macky Sall à l’élection présidentielle du 25 février 2024. Dans une émission télévisuelle accordée récemment à une chaine locale, le patron d’ACCES a estimé qu’il faut «bannir» le 3e mandat en Afrique.

«Il est grand temps que l’on bannisse les troisièmes mandats parce qu’étant source de tensions et d’instabilité politique qui peuvent avoir un impact réel sur la vie de toute une nation », a-t-il fait savoir. Selon lui, Macky Sall doit respecter la parole donnée s’il veut la paix et stabilité dans le pays. « Il doit finir son deuxième et dernier mandat, partir pour laisser la place à d’autres dignes fils du pays », a préconisé Mamadou Fadel Koné.  Et pour réconforter sa position, le Président d’ACCES de rappeler que « le Sénégal est un miroir et il doit donner le bon exemple ». Considérant le 3e mandat comme un coup d’état constitutionnel, Mamadou Fadel Koné a soutenu avec force que le Président Macky Sall « ne peut pas faire modifier la constitution, dire l’avoir verrouillé et revenir ensuite se dédire ». Pour lui, c’est un non-sens et il reste convaincu que Macky Sall n’a pas encore dit son dernier mot. D’autant que dira le patron du Mouvement ACCES, qu’il fait partie de ceux qui pensent que Macky Sall ne fera pas un troisième mandat. « Macky est un très fin politicien. Il le sait et il a tout prévu. Il va encore une fois surprendre tout le monde », a prévenu M. Koné qui d’ailleurs est persuadé que la Coalition Benno Bokk Yakaar est en train de préparer un autre candidat. Sur son adhésion à la plateforme du mouvement des Forces vives du Sénégal F24 portée sur les fonts baptismaux le 16 avril 2023 à Dakar et regroupant 112 entités, le sieur Koné a expliqué qu’elle vise entre autres à «lutter contre les manœuvres politiques tendant à éliminer de potentiels adversaires politiques, la suppression des articles L29, L30 et L58 de la constitution et de faire en sorte que des élections libres et transparentes se tiennent au Sénégal».

C’est autant de raisons qui ont motivé son adhésion au F24. Considérant que le Sénégal est assis sur une bombe à retardement qui peut exploser à tout moment, le sieur Fadel Koné d’exhorter les responsables politiques de tout bord à plus d’attention, de responsabilité et de travailler dans le sens de l’apaisement et de la stabilité dans un contexte assez particulier avec l’exploitation en vue de nos ressources pétrolières et gazières. Pour ce qui est du procès en diffamation opposant le leader de Pastef les patriotes Ousmane Sonko au Ministre du Tourisme Mame Mbaye Niang, il a noté des erreurs des deux côtés.

Pour autant, il a appelé les deux parties à la retenue pour éviter de plonger le pays dans le KO. «Pour restaurer l’État de droit, la bonne gouvernance, la liberté d’expression fortement éprouvée ces derniers temps dans notre pays, j’appelle les Sénégalais à aller s’inscrire massivement sur les listes électorales pour soigner le mal par les urnes et non par la violence gratuite», a-t-il conclu tout en formulant des prières pour un espace politique calme et apaisé.

YVES TENDENG

Leave a reply