Sédhiou : lutte contre les déperditions et les violences en milieu scolaire : Baghère réclame un collège d’enseignement moyen au siège de la commune

0
736

Le collectif des parents d’élèves de la commune de Baghère dans l’Est de Sédhiou a fait face à la presse hier, dimanche 20 août, pour réclamer la création d’un collège d’enseignement moyen (CEM) au siège de leur collectivité territoriale. A les en croire, c’est la seule réponse adéquate à la déperdition scolaire et à la violence subie par leurs enfants sur les longues distances à parcourir pour rallier les localités qui disposent d’un CEM. L’inspecteur de l’éducation et de la formation rassure de l’enrôlement de leur dossier sous réserve de la validation de la tutelle.

La commune de Baghère se situe dans l’extrême Est de la région de Sédhiou et contiguë à celle de Tanaff dans l’arrondissement de Simbandi Brassou. Ses habitants réclament la création d’un collège d’enseignement moyen au chef-lieu même de la commune pour assouvir la forte demande exprimée par ceux qui sont plus excentrés vers l’Est. « Baghère est l’un des chefs-lieux de commune qui n’abrite pas un collège d’enseignement moyen. La commune est divisée en deux grandes parties et Tanaff est à cheval entre les deux. Il y’a certes des villages qui sont à l’intérieur et qui ont bénéficié d’un CEM mais les neuf villages qui sont sur l’axe Tanaff/Kolda n’en ont pas du tout. Leurs enfants sont obligés de faire cinq à sept kilomètres pour aller étudier à Tanaff. Nous avons déposé tous les documents afférents à la demande et on attend toujours » a fait savoir Aziz Seydi le directeur de l’école de Bakidioto et le porte-parole des populations de Baghère.

A en croire ces populations, l’éloignement du collège explique le fort taux de déperditions scolaires et même de la violence dans ces différentes formes : « neuf villages disposent d’une école élémentaire dont cinq à cycle complet. Nos enfants éprouvent d’énormes difficultés pour rallier le collège de Tanaff. Les conséquences sont incommensurables sur leur avenir. D’abord ces enfants abandonnent massivement du fait de l’éloignement de l’école et ensuite beaucoup n’ont pas de tuteur et restent dans la rue le reste de la journée » relève Aziz Seydi. Et Mme Aïdara Charlotte Abibatou Diop, membre du collectif des parents d’élèves de Baghère d’ajouter : « outre l’éloignement et les difficultés de mobilité, les enfants et surtout les filles subissent des actes de violences sur la route et les risques d’agression sont énormes car les filles sont très vulnérables. Il y’a également le taux élevé des échecs scolaires. Nous n’avons vraiment pas l’esprit tranquille », s’inquiète-t-elle.

A Baghère, les populations déclarent disposer d’un minimum standard pour démarrer le fonctionnement d’un CEM dont ils ne demandent que la création : « Présentement, nous disposons de quatre salles de classe pour démarrer le fonctionnement d’un collège et progressivement avec l’accompagnement de l’Etat, nous allons mettre sur pied un véritable collège avec toutes les commodités y afférentes. Nous portons donc ce plaidoyer auprès du ministre de l’Education nationale et du président de la République pour la création d’un CEM à Baghère dès octobre prochain » ont soutenu Aziz Seydi Met et Mme Aïdara Charlotte Abibatou Diop du collectif des parents d’élèves de Baghère. Interrogé par nos services, l’inspecteur de l’éducation et de la formation de Goudomp a rassuré que le dossier de Baghère est déjà traité et enrôlé au niveau central et ne tient qu’à l’arbitrage du ministre de l’Education nationale.

Moussa DRAME

Leave a reply