Suppression de la peine d’emprisonnement pour les infractions de presse : RSF rappelle au Président Diomaye Faye sa promesse

0
211

Reporter sans frontière par le biais de son Directeur du bureau Afrique subsaharienne, Sadibou Marong, rappelle au président Bassirou Diomaye Diakhar Faye, à honorer sa promesse qui consiste à supprimer la peine d’emprisonnement pour les infractions de presse. Dans un communiqué parvenu à la rédaction de Sud Quotidien, RSF appelle au chef de l’Etat nouvellement élu à « prendre des mesures ambitieuses »

«Dans son livre-programme, celui qui était alors candidat à la présidentielle s’était engagé à supprimer la peine d’emprisonnement pour les infractions de presse, une recommandation phare de RSF pour garantir le droit à l’information au Sénégal », rappelle dans un communiqué parvenu à la rédaction de Sud Quotidien, Sadibou Marong, directeur du bureau Afrique Subsaharien de reporter sans frontière.

De ce point de vue, indique le communiqué, « L’organisation appelle celui qui est devenu, le 2 avril dernier, président de la République sénégalaise, Bassirou Diomaye Diakhar Faye, à tenir cette promesse et à ouvrir une nouvelle ère pour les médias. »

Ainsi, « Reporters sans frontières (RSF) appelle le nouveau président sénégalais à prendre des mesures ambitieuses pour garantir la liberté de la presse dans le pays », indique le document signé Sadibou Marong.

Cependant face aux nombreuses atteintes à la liberté de la presse notées ces dernières années avec notamment des arrestations et agressions de journalistes, suspensions de médias et coupures abusives d’Internet, souligne le même document, « RSF appelle les nouvelles autorités à faire de la sécurité des journalistes une priorité et à proposer une politique ambitieuse pour que la liberté de la presse soit respectée. »

En ce sens, « RSF l’invite à se saisir de dix mesures phares, incluant aussi la régulation des plateformes numériques conformes aux propositions du Partenariat international sur l’information et la démocratie dont le Sénégal est signataire ou encore la suppression des amendes exorbitantes pour les délits de presse », lit-on dans le communiqué.

Pour conclure « Nous appelons le nouveau président de la République à tenir cet engagement et à mener une politique ambitieuse pour  faire de son mandat celui d’une liberté de la presse respectée et du droit à l’information protégé.” »

Ousmane GOUDIABY

Leave a reply