Syrie: les zones rurales frappées par le séisme seraient délaissées au profit des grandes villes

0
642

(rfi.fr)- Plus de 8 500 Syriens sont morts dans le séisme du 6 février, dont près de 2 800 dans les secousses qui ont frappé le sud de la Turquie. Le bilan pourrait s’alourdir du fait que les opérations de secours ne sont pas encore terminées dans les zones rurales en Syrie, selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme.

Vingt jours après le séisme dévastateur du 6 février, des dizaines de villages dans les provinces syriennes d’Alep, de Lattaquié et de Hama sont encore ensevelis sous les décombres, selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme.

Dans un rapport publié ce samedi 25 février, l’ONG basée en Grande-Bretagne affirme que les décombres n’ont pas été déblayés dans les villages sous contrôle du gouvernement syrien et durement touchés par le tremblement de terre. Les opérations de secours restent timides ou n’ont carrément pas commencé dans ces localités sinistrées où de nombreuses victimes sont encore sous les décombres.

Des médias absents des zones rurales

Les équipes chargées de distribuer l’aide d’urgence où d’inspecter les bâtiments endommagés tardent à se rendre sur le terrain.

L’ONG, qui dispose d’un vaste réseau d’informateurs, rapporte que le gouvernement syrien concentre ses efforts dans les régions urbaines, comme Lattaquié et la ville même d’Alep. Les zones rurales au sud d’Alep, autour des villes côtières de Jablé et de Banias, ainsi qu’à Hama au centre, sont délaissées par les autorités de Damas.

L’Observatoire note que les médias proches du gouvernement syrien évitent de couvrir les événements dans les zones rurales qui ont pourtant été massivement touchées par le séisme.

Leave a reply