Uemoa : 7,5% d’inflation en juin 2022

0
249

La note mensuelle de conjoncture économique de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’ouest indique que le rythme de progression de l’inflation s’est maintenu dans les pays de l’Union, en liaison notamment avec la hausse des prix des composantes “Produits alimentaires” et ceux des composantes “Logement” et “Transport”.

Cette situation a entrainé la hausse du taux d’inflation qui est ressortie, en glissement annuel, à 7,5% en juin 2022, après une hausse de 6,8% le mois précédent. La hausse du niveau général des prix est essentiellement imputable à la composante «Produits alimentaires» qui a contribué à 5,7 points à l’inflation totale et, dans une moindre mesure, aux fonctions Logement et Transport, qui ont contribué chacune à 0,5 point, souligne la note mensuelle de conjoncture économique. Le niveau élevé des prix de la composante «Alimentation» s’explique notamment par le « déficit de l’offre locale de céréales, les difficultés d’approvisionnement des marchés en lien avec la persistance de l’insécurité, dans un contexte de forte accélération des cours mondiaux (+48,6%), et les tensions sur le marché international».

En particulier, selon la source, «la progression des prix a atteint 23% pour les céréales, suivie des huiles (+16%), du pain (+9%) et du sucre (+7%)». S’agissant de la fonction Logement, les tensions enregistrées sont liées à la hausse des prix du pétrole lampant et des combustibles solides, notamment le bois et le charbon de bois. Le renchérissement du pétrole lampant est noté au Bénin (+35,4%), au Burkina (+18,8%), au Mali (+21,7%) et au Togo (+18,9%), en lien avec la hausse des cours mondiaux du pétrole.

Le Sénégal enrôle le prix à la pompe de l’essence le plus faible

En ce qui concerne le bois et le charbon de bois, les tensions sont relevées au Burkina, en Guinée-Bissau, au Sénégal et au Togo. Au niveau de la composante «Transport», la hausse des prix est imputable aux services de transports terrestres et aériens, consécutive au relèvement des prix à la pompe des carburants dans certains pays de l’Union.

En effet, à fin juin dernier, «la hausse des prix à la pompe de l’essence sur un an, a atteint 23,8% au Togo, 22,3% au Mali, 19,5% en Côte d’Ivoire, 18,8% au Bénin, 16,3% au Burkina, 15,6% en Guinée-Bissau et 14,8% au Sénégal», fait constater la note. Le taux d’inflation sous-jacente, calculé en excluant les prix les plus volatils, est ressorti à 4,7% en juin 2022, après une réalisation de 4,5% en mai et avril 2022. Cette évolution est en lien avec la hausse des prix de certaines denrées alimentaires, notamment les huiles (+16,0%), les légumes secs (+17,2%), les farines (+20,4%) et la viande (+5,1%). Au total, les tensions sur les prix de ces denrées alimentaires expliquent 62,2% de la hausse de l’inflation sous-jacente. Quant aux produits non alimentaires inclus dans l’inflation sous-jacente, les tensions concernent notamment «les services de transport et de restauration», détaille la source.

JEAN PIERRE MALOU

Leave a reply