Une première au Parlement: les élus rejettent la nomination par Macron du patron de l’Ademe

0
584

(AFP) – La nomination par Emmanuel Macron du maire LR de Charleville-Mézières (Ardennes), Boris Ravignon, à la tête de l’Ademe, l’agence de la transition écologique, a été retoquée mercredi par le Parlement, un rejet inédit largement causé par sa volonté de cumuler plusieurs fonctions.

C’est la première fois qu’un candidat proposé par l’Elysée, à l’Ademe ou ailleurs, est retoqué depuis cette procédure introduite en 2008 à l’article 13 de la Constitution, indique la commission de l’aménagement du territoire et du développement durable du Sénat dans un communiqué, qualifiant cette décision de « première historique ».

Plus de trois cinquièmes des élus des commissions compétentes de l’Assemblée et du Sénat ont voté contre, soit le quota requis selon la Constitution pour s’opposer à une nomination proposée par le président de la République, à l’issue de l’audition de M. Ravignon mercredi matin.

Dans le détail, un total de 57 députés et sénateurs ont voté contre, et 32 pour.

De justesse

L’Ademe n’est pas une autorité administrative, mais l’agence participe à la mise en œuvre des politiques publiques dans les domaines du climat et de l’énergie, et fait référence pour entreprises et institutions sur la transition écologique.

La nomination de Boris Ravignon, pour une période d’intérim à la suite de la démission en juin d’Arnaud Leroy de la présidence de l’Ademe un an avant la fin de son mandat, avait été validée de justesse le 14 décembre par les parlementaires. Une majorité de votes exprimés était contre, mais l’opposition n’avait pas atteint les 3/5.

Mais à la suite du renouvellement du conseil d’administration de l’Ademe le 14 février et de la fin officielle du mandat de M. Leroy, elle devait être reconfirmée par les parlementaires pour que le mandat de M. Ravignon soit reconduit pour cinq ans.

Dans les débats de la matinée, députés et sénateurs ont notamment reproché à M. Ravignon son refus de démissionner de son mandat de maire – il est également resté président de la communauté d’agglomération – à la suite de sa première nomination à l’Ademe.

« il faut choisir ! »

Le député du Pas-de-Calais Emmanuel Blairy (RN) a notamment déclaré lors de l’audition: « on ne peut pas gérer une commune de 50.000 habitants – on sait combien les administrés ont besoin de leur maire en ces moments de crise – et l’Ademe. Il faut choisir ! »

M. Ravignon avait lui fait valoir « l’intérêt de rester en contact avec le terrain » pour mieux remplir sa mission, en soulignant que cela était « légal » et était « déjà arrivé dans le passé ».

La commission sénatoriale a elle à la suite du vote fustigé la procédure menée par le gouvernement, son président Jean-François Longeot, sénateur UDI du Doubs, qualifiant même d' »ubuesque » le fait de devoir réentendre M. Ravignon pour la deuxième fois en à peine quatre mois.

« Ce vote traduit le mécontentement du Parlement devant une telle impréparation, nouvelle manifestation du manque de considération de l’exécutif à son égard », ont indiqué les sénateurs dans un communiqué.

En avril 2022, Boris Ravignon avait apporté son soutien à Emmanuel Macron face à la candidate LR Valérie Pécresse à la présidentielle.

Les deux hommes, tout deux énarques de la même génération (Boris Ravignon a 47 ans et Emmanuel Macron 44), ont travaillé ensemble à l’Inspection générale des Finances à Bercy en 2004-2005, avant que Boris Ravignon ne rejoigne Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur et en marche pour la présidentielle de 2007.

En 2008, Ravignon rejoint le cabinet du président en charge du développement durable, des transports et de l’aménagement du territoire et participe au Grenelle de l’environnement. Il est maire de Charleville-Mézières depuis 2014.

Leave a reply