Vers une refonte de la plateforme de l’Observatoire national du numérique

0
533

(APS) – L’Observatoire national du numérique (ONN) travaille à une refonte de sa plateforme, en vue de créer les conditions d’une plus grande émulation des acteurs de l’écosystème numérique.

Dans cette perspective, un atelier visant à mieux vulgariser ce projet de refonte s’est tenu vendredi à Dakar, sous l’égide du ministère de la Communication, des Télécommunications  et de l’Economie numérique.

D’un coût global  estimé à près de deux milliards de francs CFA, soit trois millions de dollars, ce projet de refonte est conduit en partenariat avec le BREDA, le Bureau régional de l’Unesco à Dakar, le e Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) et l’antenne sénégalaise d’Internet Society (ISCO).

A terme, la refonde de sa plateforme devrait permettre à l’Observatoire national du numérique d’élargir sa capacité à fournir des informations utiles, régulièrement mises à jour et permettant de mesurer la dynamique du secteur.

Dans le cadre de la mise en œuvre de ce projet, l’Observatoire national du numérique (ONN) a bénéficié de l’accompagnement du PNUD pour commanditer une étude “sur les usages et services numériques, mais aussi sur la refonte et la vulgarisation” de sa plateforme, a signalé le secrétaire général du ministère de la Communication, des Télécommunications  et de l’Economie numérique., Isaac Cissokho.

Selon lui, le secteur du numérique étant un secteur innovant, “il faudrait créer un environnement qui puisse entrainer de l’émulation entre les différents acteurs de l’écosystème”.

“A ce titre, cette étude vient à son heure, car il va à l’instar de ce qui se fait dans le domaine gazier, mettre en place un environnement pour que le contenu local au Sénégal soit dynamique, créateur de valeur et de  richesse”, a-t-il dit.

Isaac Cissokho précise que cette étude “définit les différents usages et services numérique qui sont au Sénégal et dans la sous-région, puisque nous avons la même géographie, pour faire en sorte que ce secteur soit créateur de valeur”.

A l’en croire, “le taux de pénétration des télécommunications est assez satisfaisant”, avec “un écosystème qui est dynamique”, l’Etat ayant fait  “d’importants investissements pour améliorer la qualité des infrastructures”.

Leave a reply