Yatma Fall demande un conseil présidentiel sur la question de la prise en charge des personnes vivant avant avec un handicap

0
414

En Conseil des ministres avant-hier, mercredi 29 septembre 2021, le président de la République, Macky Sall, a demandé l’évaluation de la loi d’orientation sociale visant à assoir le respect des droits des personnes vivant avec un handicap. Pour le président de la Fédération sénégalaise des Associations des personnes handicapées, Yatma Fall, il faut aller bien au-delà en tenant un Conseil présidentiel sur la question.

«Les organisations des personnes vivant avec un handicap demandent la tenue d’un Conseil présidentiel sur la question. La prise en charge est transversale, multisectorielle et pluridisciplinaire. On a dépassé le temps qu’elle était seulement sociale. Maintenant, elle est devenue une question de droits humains. Le handicap, c’est aussi un problème de transport, d’accessibilité aux bâtiments publics. C’est aussi une question d’habitat, d’une éducation inclusive et de la santé. Ces points sont du ressort du ministère des Transport, de la Justice et celui de l’Habitat. Donc, plusieurs secteurs sont concernés et sont dirigés par des ministres différents. Celui de la Santé n’a pas les prérogatives à donner des ordres à ses collègues. En l’absence d’un Premier ministre, il nous faut un Conseil présidentiel»

Yathma FALL,

Pour lui, ce n’est qu’à cette occasion qu’ils peuvent «faire le point au président de la République qui prendra les décisions idoines et donner des directives pour que chaque ministère joue son rôle dans l’effectivité du service offert aux personnes handicapées et contenus dans la loi». 

LES QUATRE PROBLEMES PRIORITAIRES

Les problèmes des personnes vivant avec un handicap, surtout celles à mobilité réduite, sont : l’inaccessibilité aux services publics ; d’où l’alerte sur les projets d’infrastructures de l’Etat.

«Parmi les quatre problèmes prioritaires auxquels les personnes handicapées sont confrontées, il y a l’aménagement du cadre de vie général et de l’accessibilité. Le Sénégal est en voie de se doter d’infrastructures de nouvelles générations. Ces infrastructures sont destinées à l’usage des citoyens. Et, parmi eux, il y a des personnes vivant avec un handicap dont la spécificité doit être prise en compte.  Les infrastructures doivent prendre en compte les standards internationaux et les normes architecturales».

plaide Yatma Fall

Fatou NDIAYE

Leave a reply