3e mandat : une plateforme citoyenne portée sur les fonts baptismaux

0
315

« Jamm a gën 3e mandat », c’est le nom attribué à la nouvelle plateforme citoyenne mise en place par plusieurs mouvements de la société civile sénégalaise et des mouvements citoyennes. Cette initiative préventive selon ces membres vise à s’adresser au président Macky Sall afin qu’on ne tombe pas dans les travers déjà connues. Dans une lettre ouverte adressée au chef de l’Etat, ces membres demandent au président de la République au respect de la constitution et au respect de la parole donnée.

A son excellence Monsieur Macky Sall, président de

Lettre ouverte pour le respect de la constitution et de la parole donnée.

Nous, citoyens sénégalais, mouvements de la société civile, mouvement  citoyens, organisations politiques, vous invitons solennellement à ne pas présenter votre candidature à l’élection présidentielle de 2024, par respect pour la parole donnée et par respect pour l’interprétation claire et sans équivoque que vous n’avez cessé de donner de notre constitution. Vous avez prouvé votre volonté de renforcer nos acquis démocratiques en confirmant la limitation du nombre de mandat présidentiel à deux, en verrouillant notre charte fondamentale en 2016. Nous saluons ce courage politique qui contribue à la stabilité du pays, ainsi qu’à son rayonnement au niveau international. Excellence, vous avez su tiré les leçons de votre engagement personnel dans lutte contre le troisième mandat dont vous avez été le principal bénéficiaire en 2012. Nous vous rappelons vos déclarations très fortes permettant de clarifier et de lever toute équivoque sur le sens de « Nul ne peut exercer plus de deux mandats consécutifs ». Verrou constitutionnel relatif à la limitation du nombre de mandats à deux. Vous-même, monsieur le président avait dit et répété à maintes occasions, avant votre réélection en 2019, que vous n’aviez pas la possibilité de faire deux mandats consécutifs. Vous l’avez clairement indique dans votre ouvrage « Le Sénégal au Cœur 2019 » en précisant à la (165 p) « Et me voici de nouveau devant vous en vue de solliciter votre confiance pour un second et dernier mandat ». Nous citoyens sénégalais n’avons aucun doute que cette disposition est très clairement comprise à votre niveau car en tant que témoin de la réforme, nous savons tous que aussi bien dans l’esprit et dans la lettre légistique la limitation des mandats à deux est sans équivoque et est ancrée dans la loi fondamentale qui organise le mode de représentation et des mécanismes démocratiques de notre République. Partout en Afrique les conséquences d’un forcing pour les troisièmes mandats ont particulièrement tragique et lourde pour les populations. C’est pourquoi, monsieur le président nous citoyens tenons à éviter à notre pays un scénario de cahot.

Pour nous éviter une telle catastrophe dont les conséquences pourraient être encore plus dramatiques que le bilan de 2012, nous vous invitons monsieur le président à faire une déclaration ouverte pour lever toute équivoque et installer définitivement le sénégal dans des conditions de sérénité, de paix et de stabilité durable. Monsieur le président de grâce respectez la constitution, respectez la parole donnée « Ndakh Jamm a gën 3e mandat ».

 

Leave a reply