« Au 31 décembre 2021, 27 000 ménages ont accès à l’électricité », Issa Ndour, Directeur général Comasel

0
469

Le Directeur général de la Compagnie Maroco-Sénégalaise de l’électricité (Comasel), Issa Ndour, se réjouit du travail abattu en 5 ans d’existence. A l’en croire, relativement au périmètre géographique le concernant : « Au 31 décembre, nous avons permis à 27 000 ménages d’accéder à l’électricité », non sans rappeler que le contrat liant « Comasel et l’Etat du Sénégal est de 25 ans avec des actes d’engagement des contractants et un règlement de service qui régit les modalités et les conditions de ventes à nos abonnés », a-t-il expliqué pour lever tout amalgame. Il précise que le régulateur (Crse), « fixe les tarifs plafond de vente en veillant à garantir à l’opérateur que nous sommes un retour sur investissement ».

Plus de 15 milliards d’investissements pour 800 localités rurales

Au registre de l’investissement, le Dg fait savoir que Comasel Saint Louis et Comasel Louga ont investi un peu plus de 15 milliards de FCFA pour exploiter près de 800 localités rurales. Sur le système de facturation qui fait saliver plus d’un, Mr Ndour d’expliquer : « Nos clients sont segmentés en 4 catégories, organisés sous forme de services appelés S1, S2, S3 et S4 ». Le client qui vient s’abonner  choisit son niveau de service en fonction des appareils, lampes et autres prises d’électricité dont il dispose. Pour les services S1 jusqu’à S3, l’abonné achète un forfait de 1646 FCFA correspondant à 12 kwh qu’il a l’obligation de renouveler tous les débuts de mois, qu’il le consomme ou pas.  Pour le service S4, il dira que le client doit faire de même avec un forfait de 67 kwh à 6860 FCFA à renouveler aussi tous les mois. Et si le client épuise son forfait avant la fin du mois, il a la possibilité de faire des recharges supplémentaires à sa guise au prix de 90,47 FCFA le kwh. Un procédé qui n’arrange absolument pas les abonnés qui réclament purement et simplement sa suppression. Mais, relève-t-il : « Cette question est prise en charge par les autorités du secteur. Et nous pensons que l’Etat du Sénégal actera l’harmonisation définitive des tarifs de l’électricité au Sénégal ». Il a toutefois rappelé que des étapes ont été franchies depuis la mise en place des concessions d’électrification rurale. En 2010, le monde rural réclamait de l’électricité « quel qu’en soit le prix à payer », tient-il à rappeler. Ensuite, en 2018, avec l’entrée en vigueur de la phase transitoire de l’harmonisation des tarifs de l’électricité, l’Etat Sénégalais a réglé une partie des problèmes liés à la « cherté des coûts liés à l’accès et du prix du Kwh en alignant les tarifs dans le monde rural au tarif de la tranche sociale dans le monde urbain. Ce qui est un grand pas avec une baisse de près de 55% sur les tarifs ».

Sur l’éclairage public, il précise que celui-ci n’est pas gratuit en milieu urbain. A l’en croire, «la Senelec facture aux municipalités ». Il poursuit : «Nous faisons du service public comme la Senelec. Nous demandons aux localités rurales que nous exploitons de souscrire à des abonnements pour leur éclairage public ». Dans ses explications, il dira : « Dans certaines localités, ce sont des associations ou des personnes de bonne volonté qui prennent en charge le paiement pour le bénéfice de leur communauté ». Toutefois, il souligne avoir dit aux autorités de prendre en charge cette question en ce sens qu’elle touche à la sécurité de ces localités.

Pour ce qui est l’extension du réseau ; il fera remarquer : «  Nous travaillons actuellement avec l’Aser et la Crse dans le cadre de la révision quinquennale de nos conditions tarifaires. Et dans notre programme pour le quinquennat à venir, nous avons prévu des extensions de réseau et l’électrification de nouvelles localités soit par réseau, soit par des technologies hors réseau ».

S’agissant de la cherté des abonnements, il dira que ce problème n’est plus d’actualité. Avant, pour s’abonner, le client débourse entre 32 000 FCFA et 77 000 FRCFA. Et ce, selon son niveau de consommation. Mais depuis le 1er décembre 2018, pour s’abonner, le client ne paie que 1646 FCFA le service S1 et 6766 FCFA pour le service S4.

Jean Pierre MALOU

Leave a reply