Conséquences liées aux changements climatiques : un déficit de 7 à 15 milliards de dollars par an en Afrique

0
326

Le ministre de l’Economie, du plan et de la coopération Amadou Hott, a plaidé hier vendredi, à Dakar pour l’innovation du Fonds africain de développement aux fins de prendre au mieux les défis et enjeux de développement de l’Afrique. Il co-présidait les travaux de la 3ème réunion de reconstitution des ressources du fonds africain de développement (FAD-16), coïncidant avec les 50 ans d’existence dudit fonds.

Les impacts du réchauffement climatique sur la biodiversité écœurent la planète. En réponse à cette menace, des solutions climatiques sont préconisées. Mais, l’Afrique est très en retard sur l’adaptation, subit trop de pertes et dommages liés au changement climatique évalués à environ «7 à 15 milliards de dollars par an» alors qu’il reçoit peu de financements climatiques malgré ses besoins immenses, fait savoir, hier vendredi, à Dakar, le ministre de l’Economie, du Plan et de la coopération Amadou Hott. Il co-présidait avec le président du groupe de la Banque africaine de développement, la 3ème réunion de reconstitution des ressources du fonds africain de développement (FAD-16). Sous ce rapport, il est donc important que «les engagements financiers de l’Accord de Paris sur le Climat se concrétisent et que le continent soit une priorité dans la finance climatique mondiale au-delà des nombreuses annonces tout en lui permettant de réaliser une transition énergétique juste et équitable nécessaire pour s’industrialiser et s’électrifier», a préconisé M. Hott.

Au chapitre de la dynamique des actions du Fad, le ministre Hott a souhaité que les interventions de la Fad soient optimisées pour amplifier ses impacts. C’est pourquoi, fait-il savoir «le Sénégal en appelle à plus d’audace et d’approches novatrices en termes de flexibilité dans les règles d’allocation des ressources et d’accès du FAD aux marchés internationaux des capitaux».

En accédant aux marchés des capitaux, «le Fad pourra lever 33 milliards de dollars, en complément de ses fonds propres de 25 milliards de dollars», soutient-il. «C’est dans cet élan que nous pourrons atteindre un objectif de billions à trillions, une initiative lancée lors de la Conférence annuelle sur le financement à Addis Ababa en 2015», estime-t-il.

JPM

Leave a reply