Culture-nécrologie : rappel à Dieu du chanteur afro-américain Harry Belafonte

0
532

Le monde de la culture afro-américaine en deuil. Le grand chanteur afro-américain est décédé ce mardi à New-York d’une insuffisance cardiaque congestive à 96 ans, rapportent plusieurs médias américains repris le huffingtonpost.

Le chanteur afro-américain et militant du mouvement des droits civiques dans les années 1950, Harry Belafonte est mort. « Le roi du calypso » s’est éteint ce mardi 25 avril à New-York, rapporte le Huffingtonpost.fr.

Dans un communiqué, repris le site français, « son agent Ken Sunshine a indiqué que la star est morte à son domicile de l’Upper West Side de Manhattan, et que son décès survient à la suite d’une insuffisance cardiaque congestive. »

Artiste emblématique d’une époque, il mixait le média d’information français « influences ouest-africaines, caribéennes et new-yorkaises pour créer une musique à grand succès. Celui qui était aussi acteur était devenu un militant majeur pour les droits civiques et s’était lié avec Martin Luther King. »

Né à Harlem le 1er mars 1927 d’une mère jamaïcaine et d’un père martiniquais, le chanteur s’est fait le porte-voix de ces rythmes avec « Matilda »« Day-O »« Island in the Sun »« Jamaica Farewell »« Try to Remember » ou « Coconut Woman ».

C’est enfant, lorsqu’il vit en Jamaïque, que George « Harry » Belafonte découvre le calypso, une musique aux influences ouest-africaine née dans les carnavals de Trinité-et-Tobago, qui va séduire le public américain par son exotisme.

D’abord chanteur de ballades dans des cabarets, il s’impose au début des années 1950 avec un répertoire populaire qui mêle les influences de la variété américaine, des musiques caribéennes et de la culture noire de Harlem.

En 1955, il triomphe avec le titre « Day-O (The Banana Boat Song) » et l’album « Calypso » (1956) devient le premier dans l’histoire à se vendre à plus d’un million d’exemplaires. Il remplit les salles et ses enregistrements, dont six Disques d’Or, ont un succès mondial et lui vaudront plusieurs Grammy Awards dès 1960.

Mais le jeune homme ne se contente pas d’être un symbole. Rapidement, il finance la campagne pour les droits civiques et devient un proche de Martin Luther King Jr. « Lorsque les gens pensent au militantisme, ils pensent toujours que ça implique des sacrifices, mais j’ai toujours considéré cela comme un privilège et une opportunité », affirmait-il en 2004 lors d’un discours à l’université Emory.
En 1963, il lève 50.000 dollars, l’équivalent de presque 500.000 aujourd’hui, pour sortir de prison Martin Luther King, à une époque où les artistes empochent des revenus confortables. « J’aurais pu gagner 2 ou 3 milliards et finir avec une quelconque addiction cruelle, mais j’ai choisi d’être un combattant des droits civiques à la place », expliquait-il dans une interview au Guardian en 2007.
Avec huffingtonpost.fr

Leave a reply