Décret portant protection sociale des artistes : le ministère de la Culture et les acteurs culturels se penchent sur les textes d’application

0
522

Dans le cadre du suivi de l’élaboration des textes d’application de la loi portant statut de l’artiste et des professionnels de la culture, le ministère de la Culture et du patrimoine historique a organisé ce vendredi 26 mai 2023, un atelier de partage et de concertation sur la protection sociale avec les professionnels du secteur et les institutions de prévoyance sociale. L’objectif, c’est de pouvoir offrir aux acteurs culturels et aux artistes singulièrement une protection sociale qui soit adaptée à l’activité qu’il mène.

« Je représente ici le ministre de la Culture et du patrimoine à cet atelier de partage sur le projet consacré à la protection sociale des acteurs culturels de manière générale. Il faut rappeler que c’est un texte qui est pris en application de la loi sur le statut de l’artiste et des professionnels de la culture », a expliqué Abib Léon Ndiaye, secrétaire général du ministère de la Culture et du patrimoine historique.

Ainsi, l’objectif, selon le secrétaire général du ministère de la Culture « c’est de pouvoir offrir aux acteurs culturels et aux artistes singulièrement une protection sociale qui soit adaptée à l’activité qu’il mène. Mais pour cela, il faudra au préalable mener une étude actuarielle, ce qui a été fait et de venir avec les conclusions de cette étude actuarielle là, qui devrait permettre d’alimenter le projet de décret et partager avec les différents acteurs qui sont concernés par la question ».
Un projet qui est venu à son heure d’après Roykaya Daba Sarr, promotrice culturelle, non moins directrice Afrique du festival Africa fête :« Ce projet de protection à la sécurité sociale des artistes arrive à son heure mais si on pouvait même l’avoir bien avant, ce serait une bonne idée », se réjouit-elle, rappelant qu’ «il y a beaucoup d’artistes qui ont eu des fins très malheureuses. Tout cela parce que nous n’avons pas été pris en compte dans ce système-là. »

Par conséquent déclarera la directrice d’Africa du Festival Africa fête « « Nous sommes très ravis de compter sur ce système de travail du Sénégal, parce que nous avons besoin de cette protection. Quand nous sommes malades, nous avons des problèmes pour se soigner, quand nous vieillissons, nous avons aussi des problèmes pour manger. »

D’après le Secrétaire général du ministère de la Culture, « La loi, elle a été votée, elle a été promulguée. Maintenant, il faut prendre les textes d’application. Il y a deux décrets, il y a trois arrêtés. Alors, ce projet de décret que nous examinons sur la phase préparatoire, c’est le plus complexe, je puis dire. Parce qu’il fallait faire au préalable une étude pour voir le régime de protection existant dans la culture pour voir est-ce qu’il est adapté au secteur de la culture. Qu’est-ce qu’il faut faire ? Quelles sont les composantes, qu’il faut prendre en charge ? Et il fallait donc réaliser cette étude. Ce que nous avons fait par un cabinet d’étude. »

A cet effet, « La restitution a été faite en présence des professionnels du ministère de la Culture mais il fallait étendre ce travail d’échange aux professionnels de la culture, donc les différents artistes à travers leurs différentes associations. Et, aujourd’hui, quand on aura fini avec ce texte, je dirais qu’on aura bouclé le package des textes d’application de la loi sur le statut de l’artiste et des professionnels de la culture », a conclu M Ndiaye.
Ousmane GOUDIABY

Leave a reply