Développement via l’épargne locale : la CCIAD, CGF et le patronat sénégalais s’engagent !

0
321

Porté par le patronat sénégalais, le projet de mobilisation de l’épargne nationale dénommé plan d’épargne national ASSETS «NASS» a été lancé hier, vendredi 1er juillet à la Chambre de commerce, d’industrie et d’agriculture de Dakar (Cciad). Ledit projet combiné aux investissements directs étrangers serait à même de répondre aux besoins de financement de l’économie réelle. 

Convaincu qu’aucun pays au monde ne saurait se développer sans son Epargne locale, le Patronat sénégalais se résolve à présent à financer son économie. Pour ce faire, il a procédé hier, vendredi 1er juillet, à la Chambre de commerce, d’industrie et d’agriculture de Dakar (Cciad) au lancement de son projet de mobilisation de l’Epargne nationale dénommée ‘’Plan d’Epargne Nass’’. A ce sujet, Adama Lam, président de la Confédération nationale des employeurs du Sénégal (Cnes) a d’emblée dit ceci pour lever tout équivoque : « Nous, patronat sénégalais, avons pris ensemble cette décision de matérialiser ici à notre organisation faitière qu’est la Chambre de commerce, d’industrie et d’agriculture, ce projet de mobilisation de l’épargne locale». Il ajoute : «C’est le lieu de remercier le président de la Cciad Abdoulaye Sow qui a pris ce projet, à bras le corps et qui l’a structuré avec nous. Et c’est ce jour qu’on choisit de faire le lancement du projet dénommé National Assets mais ‘’NASS’’ en wolof qui signifie faire des projets ensemble, égrainer un ensemble d’actions pour structurer notre économie». Mieux, «il est temps pour nous Sénégalais de compter sur nos propres forces. Il urge pour nous Sénégalais de mobiliser toutes les énergies pour structurer notre économie ». Pendant longtemps, «nous avions calqué notre modèle de développement sur l’investissement direct étranger (Ide) mais, c’est une forme qu’on peut bien compléter avec la mobilisation de moyens dans notre pays. Et c’est innovation que nous voulons mettre en œuvre pour qu’ensemble, nous acceptions de comprendre que c’est à nous développer notre pays». Pris individuellement, point de développement semble soutenir le président Lam. En clair, c’est aux Sénégalais de mobiliser l’épargne locale petit à petit pour arriver à de grands montants pouvant nous permettre de faire face aux grands projets comme l’exploitation de nos ressources naturelles qui nécessite des milliers de milliards.

«Tous les pays développés l’ont réussi par la conjonction d’énergie de leurs fils. Et c’est de cela qu’il s’agit aujourd’hui », a clairement soutenu le président du Cnes.

Emboitant le pas, le président de la Cciad dira : «La Chambre de commerce, d’industrie et d’agriculture de Dakar fera tout son possible pour le succès de ce projet. Ledit projet que nous lançons aujourd’hui est porté par tous les opérateurs même ceux qui ne sont pas présents physiquement. Nous allons sensibiliser tout le monde y compris les acteurs de l’intérieur du pays, voire ceux de l’extérieur pour la réussite de tous les opérateurs et par ricochet le Sénégal».

A noter que le projet «NASS» a pour objet de permettre au secteur privé national de participer à la constitution d’un portefeuille de valeurs mobilières, dont la liquidation par chaque adhérent pourra servir à terme à l’alimentation d’un produit d’épargne ou de prise de participation libérale sous forme de capital ou de dettes dans l’économie réelle de notre pays.

JEAN PIERRE MALOU

Leave a reply