L’escrime, comme méthode rééducative des enfants en conflit avec la loi

0
223

L’association pour le Sourire de l’enfant qui se trouve à Thiés  initie les enfants qui sont en conflit avec la loi à la pratique de l’escrime. Une délégation de l’Agence française pour le développement qui a financé ce projet a effectué une visite hier, mercredi 18 mai 2022, au niveau du centre qui accueille plus de 50 enfants en situation difficile.

« Nous accueillons ici des mineurs qui sont sous contrôle judiciaire et des enfants Talibés qui ont fui l’école coranique. Nous intervenons tous les jours à la Maison d’arrêt et de correction (MAC) de Thiès, dans le quartier des mineurs, dans le but d’insérer les détenus qui souhaitent poursuivre leur temps de détention au sein de notre de centre », a expliqué  NELLY Robin, présidente de l’Association Sourire d’un enfant.

Selon elle, le centre permet aux mineurs de libérer leur corps et d’avoir un self contrôle en pratiquant l’escrime. Pour Jacques Mignane Faye, formateur en escrime, les mineurs sont récupérés selon leur degré de délit.

« Chaque jour nous siégeons au Tribunal de Grandes Instance de Thiès lors des audiences où sont jugés les mineurs. Nous sommes les seuls autorisés à siéger pour ces procès. A la fin, le président du Tribunal nous demande si l’association est prête à accueillir l’enfant », soutient M Faye, ancien détenu mineur, qui a bénéficié du suivi de ce centre.

NDEYE AMINATA CISSE

Leave a reply