Lutte contre les inondations : l’onas expose ses actions

0
1020

Depuis mercredi dernier, Dakar, la Capitale du Sénégal et sa banlieue ainsi que plusieurs régions et localités intérieures du pays sont arrosées par de fortes pluies. Ces précipitations, qui ont entrainé beaucoup de dégâts et désagréments notamment à Dakar qui a renoué avec les inondations dans plusieurs quartiers, ayant repris vendredi, se sont poursuivies durant tout le week-end, sans arrêt, mais par intermittences. Face à cette situation et en réponse aux interrogations sur les impacts des projets à coûts de centaines de milliards investis pour endiguer ces catastrophes naturelles, l’Office national de l’assainissement du Sénégal (Onas) exhibe ses «Actions face aux inondations».

 «Partout où il y a des ouvrages, les conséquences des inondations se sont atténuées». C’est le constat de l’Office national de l’assainissement du Sénégal (Onas) en cette période de fortes pluies, avec leurs cortèges d’inondations et de dégâts importants à Dakar et plusieurs localités du pays. Ababakar Mbaye, directeur général de l’Onas a partagé ce constat à travers un document dont la Rédaction de Sud Quotidien a reçu une copie et dans lequel il expose les «Actions de l’Onas face aux inondations».

L’objectif, écrit-t-il, c’est de «Montrer que les conséquences des inondations sont atténuées ; Montrer que la problématique des inondations est transversale avec plusieurs acteurs pour sa prise en charge ; Mettre en exergue le problème de la résilience des pays à revenu faible comme le Sénégal face à la complexité du problème des inondations ; Expliquer que Onas a pris des dispositions pour faire face aux inondations de cet hivernage depuis l’annonce de la météo sur le caractère pluvieux de cet hivernage ; Mettre en exergue le retard en matière d’investissement que l’Etat est en train de résorber ; Montrer que Onas travaille pour la prise en charge de l’assainissement dans les projets immobiliers en application des textes législatifs et règlementaires ; Mettre en exergue l’impact des ouvrages sur les inondations», lit-on dans le texte.

Ababakar Mbaye en appelle à l’augmentation des ressources financières allouées à l’Onas. «La redevance assainissement couvre les coûts de l’exploitation. L’Onas a un patrimoine qui compte beaucoup d’ouvrages qu’il y a de cela 10 ans. Donc, il faut plus de ressources financières pour l’entretien et la maintenance. Nous avons élaboré des Plans directeurs d’assainissement pour d’autres villes. Nous devons mobiliser plus de ressources financières des ouvrages dans d’autres villes. L’assainissement est un déterminant de la santé. Le retour d’investissement n’est pas quantifiable pour un pays.»

«LES OUVRAGES NE PEUVENT PAS EVACUER, D’UN COUP, TOUTES LES EAUX PLUVIALES RECUEILLIES SUR UN SITE»

En attendant, sur le terrain, relève M. Mbaye, après les fortes pluies de mercredi dernier, l’Onas a intensifié les opérations de pompage dans différents points-bas aussi bien à Dakar qu’à l’intérieur du pays. Mieux, «au niveau des stations, l’effectif des agents a été renforcé et les équipes travaillent 24 heures sur 24. Plus de 200 jeunes ont été engagés dans les différents quartiers pour assurer ce travail. Des électropompes de grande puissance sont déjà déployées à Thiès, Tivaouane, Saint-Louis. Ces nouvelles acquisitions ont pesé sur la réduction des inondations. C’est vrai que parfois le rythme d’évacuation peut sembler un peu lent, mais la remarque globale, c’est que quelque temps après, les eaux sont évacuées».

Tout en expliquant que «la pluie, c’est la durée et l’intensité», il souligne qu’après «une forte pluie en un temps relativement court, il faut un temps pour que les ouvrages puissent évacuer les eaux». C’est ce «temps de latence»… pour que l’eau s’infiltre ou qu’elle soit évacuée qui justifie que «les ouvrages ne peuvent pas évacuer, d’un coup, toutes les eaux pluviales recueillies sur un site».

«L’EPICENTRE S’EST DEPLACE A KEUR-MASSAR»

Toutefois, le patron de l’Onas note que ce temps de latence a été maintenant «réduit de manière nette». «Actuellement, lorsqu’il pleut, les usagers continuent à emprunter la RN1, et les autres grandes artères.  L’eau ne reste pas dans les voies principales durant des heures. Bien avant 2013, dans des quartiers comme Djeddah Thiaroye Kao, Médina Gounass, Wakhnane Nimzatt, Dalifort, Cité Soleil, les habitants vivaient dans l’eau durant au moins 6 mois. Aujourd’hui, ce n’est plus le cas… En somme, nous pouvons dire que les ouvrages ont permis d’abréger la souffrance des anciennes victimes des inondations. On ne le dit pas souvent, mais beaucoup de sinistrés ont été relogés à la Cité Niaga, Tawfekh».

Pour étayer ses remarques sur le «rôle essentiel» des ouvrages dans la lutte contre les inondations, après avoir rappelé que l’Onas a réceptionné vers le 10 juillet dernier des électropompes de grands débits, dans le cadre du projet du renouvellement du collecteur Hann-Fann, déployés dans beaucoup de villes, Ababakar Mbaye affirme que «depuis quelques années, il y a moins de personnes qui déménagent en cas d’inondations. L’année dernière, nous n’avons pas noté à Dakar les retards d’ouverture d’une école à cause de son occupation par les sinistrés. Dans des villes comme Kaolack, Kaffrine, l’impact des inondations s’est nettement atténué. Il en est de même à Nioro, à Sédhiou et dans une ville comme Saint-Louis».

Pour lui, «le marqueur de l’impact des ouvrages peut s’expliquer par le fait qu’on parle moins de Médina Gounass, de Djeddah Thiaroye Kao, lorsqu’on parle d’inondations. Dans ces zones, la construction d’ouvrages a réduit les impacts négatifs des inondations. L’épicentre s’est déplacé à Keur-Massar où l’Etat est en train de construire de grandes canalisations. Déjà, on commence à noter les effets avec les infrastructures déjà réalisées».

«REPONSES DE L’ONAS FACE AUX INONDATIONS»

En plus de tirer «un bilan positif» des opérations pré-hivernales, il a déploré «l’obstruction des canalisations» et le «sabotages» des ouvrages». Il indique que «l’ensablement, les déchets solides, les branchements clandestins, le vol des plaques des regards sont les principales contraintes de fonctionnement de nos réseaux».

Donc comme «réponses face aux inondations», l’Onas a «procédé au curage des canalisations de plusieurs villes de l’intérieur», notamment à Kaolack, Saint-Louis, Diourbel, Touba, Louga, et «mis en service des ouvrages à Kaffrine, Tambacounda et Matam». Non sans renforcer «la capacité de stockage de la station de Keur Niang (Touba) et le système d’évacuation des eaux d’une manière générale… A Dakar, où l’Etat a fait beaucoup d’investissement, nous avons noté des changements au Cices, Nord Foire, à Grand Yoff, à Dalifort, à la Cité Soleil et environs, à Pikine, à Guédiawaye».

L’autre solution réside dans l’accès à assainissement autonome qu’il faut accélérer. «Les experts affirment que si les ressources financières injectées dans l’assainissement collectif étaient mises dans l’assainissement autonome, on aurait franchi des pas vers l’accès universel.  C’est pour cela que nous devons mettre davantage l’accès sur l’assainissement autonome», conseille-t-il, demandant à «mettre un terme à l’occupation des bas-fonds» et à «imposer aux promoteurs immobiliers la construction des ouvrages de canalisation avant la construction des logements».

TOUBA : UN PROJET DE 23 MILLIARDS DE FRANCS CFA  EN COURS

A Touba, en plus du renforcement du système de Keur Niang, «nous allons construire d’autres bassins. Je dois dire qu’en plus de 4 milliards de francs Cfa injectés par les autorités en 2021, le Chef de l’Etat a initié cette année un projet de 23 milliards de francs CFA. La mise en œuvre est en cours», a annoncé le Dg de l’Onas. Différents acteurs interviennent dans la gestion des inondations : Onas, l’Agence de développement municipal (Adm), la Direction de la gestion des inondations (Dgpi) du ministère de l’Eau et de l’Assainissement, les Services d’hygiène et les collectivités locales.

I.DIALLO

Leave a reply