Pr Mouhamadou Ngouda Mboup sur le bilan de la campagne électorale : « beaucoup de coalitions n’ont pas présenté de programme »

0
655

Selon l’Enseignant-chercheur en droit public à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad), « beaucoup de coalitions n’ont pas présenté de programme » durant les deux semaines de campagne électorale. Invité de l’émission Objection de la radio Sudfm (privée) hier, dimanche 24 juillet Pr Mouhamadou Ngouda Mboup a indiqué par ailleurs que la coalition Yewwi Askan wi qui a beaucoup parlé de cohabitation a présenté un contrat de législature tout en occultant le programme de gouvernement de même que Aar Sénégal. Abordant la stratégie de la coalition Benno bokk yakaar (Bby, l’Enseignant-chercheur en droit public a accusé cette dernière d’entretenir une confusion dans le but de berner les citoyens en mettant en avant le bilan des réalisations du président de la République dans cette présente campagne législative.

Le Pr Mouhamadou Ngouda Mboup, se prononce sur les deux semaines de campagne électorale pour les élections législatives du 31 juillet prochain. Invité de l’émission Objection de la radio Sudfm (privée) hier, dimanche 24 juillet, l’Enseignant-chercheur en droit public à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad) n’est pas allé par quatre chemins pour déplorer l’absence de vrai débat autour des programmes durant ces deux semaines de campagne électorale mais aussi la confusion entretenue autours des notions de contrats de législature et de programme de gouvernement. « Beaucoup de coalitions n’ont pas présenté de programme », a-t-il fait remarquer. Citant le cas de la coalition Yewwi askan wi, le Pr Ngouda Mboup souligne que cette dernière nonobstant l’insistance de ses leaders sur la notion de cohabitation durant cette campagne, n’a pas présenté de programme de gouvernement. « On a vu par exemple que Yewwi Askan wi n’a pu présenter son programme qu’à partir d’hier et ce programme, il est législatif, il n’est pas un programme de gouvernement », a-t-il renseigné avant de faire remarquer que « Aar Sénégal a présenté un contrat de législature mais qui n’est pas un programme de gouvernement ».

Évoquant le cas de la coalition majoritaire au pouvoir, Benno bokk yakaar (Bby), l’Enseignant-chercheur spécialiste en Droit constitutionnel a déploré non seulement la confusion de rôle mais aussi la tromperie entretenue par cette dernière dans le but de berner les citoyens en mettant en avant le bilan des réalisations du président de la République dans cette présente campagne législative. « Le 16 juillet dernier sur la RTS, dans actu campagne, le ministre Secrétaire général du Gouvernement, notre doyen Abdou Latif Coulibaly avait dit carrément que le président de la République leur avait demandé de mettre, n’est-ce pas, à la disponibilité du public le bilan législatif. Mais qu’est-ce qu’on a vu à la place ? Le ministre de l’Économie qui vient, qui parle des réalisations du président de la République. Mais, on parle de l’Assemblée nationale et du pouvoir législatif. Celui qui va contrôler l’Assemblée nationale et celui qui pourrait contrôler le gouvernement » a-t-il fait remarquer avant d’accuser. « Confusion de rôle mais aussi, on est en train de berner les citoyens. Quand on est dans une élection législative, il faudrait quand même (savoir) qu’on ne parle pas du domaine de l’Etat ».

Poursuivant son analyse, l’enseignement chercheur en droit public précise que cette critique est valable pour toutes les coalitions engagées dans la course pour ces législatives en citant également nommément le, président et fondateur de l’Union citoyenne Bunt Bi, Ibrahima Mbow qui selon lui, a parlé des lois économiques qu’il voudrait prendre s’il parvient à avoir la majorité à l’Assemblée nationale mais il n’a pas détaillé. »  « J’ai vu aussi que Ousmane Sonko a parlé par exemple des questions minières, des questions énergétiques et même des questions de ressources mais au-delà, il n’a pas détaillé. Il en est de même pour Dr Abdourahmane Diouf de Aar Sénégal, il a parlé par exemple des accords de coopération mais il n’a pas détaillé. Je peux en citer d’autres… » a-t-il encore ajouté avant de conclure. « Ce que je veux dire par là, c’est que en réalité, il manque ce débat profond. Et ce qui amène, cela c’est en soi le format de la campagne : des caravanes avec de la musique on n’entend quasiment pas ce que les gens disent ».

NANDO CABRAL GOMIS

Leave a reply