Propos de campagne- Amnistie fiscale. Et après ? (Par Félix NZALE)

0
177

 

Une amnistie fiscale d’une valeur de 40 milliards F Cfa et une réduction de moitié de la redevance télévisuelle qui passe d’un million à 500 mille F Cfa /mois. C’est la conséquence directe de l’audience accordée par Macky Sall aux patrons de presse le lundi 18 Mars.

Mais pourquoi une telle rencontre suscite-t-elle autant la controverse ? Sur les réseaux sociaux, les objections enflent. Massivement, l’on voit d’un mauvais œil cette «faveur» accordée aux médias à quelques jours de l’élection présidentielle. Pour la plupart des intervenants, l’occurrence est suspecte parce que, croit-on, le contexte et la perspective seraient très peu favorables au camp du pouvoir. L’on refuse de voir chez le président Sall un acte désintéressé qui témoignerait simplement de sa magnanimité.

Pour une partie de la presse acquise à la cause de pouvoir, il n’y a pas de problème. En ce qui concerne l’autre, il serait nécessaire et stratégique de «la faire adhérer». Ou en tout cas de la rendre moins «rebelle» et moins «malveillante». Ce sont là des opinions largement exprimées dans le débat qu’a occasionné l’audience.

Magnanimité ou acte sournois, toujours est-il que c’est aux journalistes de prendre leurs responsabilités en ne s’inscrivant pas dans une relation de connivence au détriment de la rigueur et de l’objectivité dans la relation des faits et le traitement de l’information. Nous le savons tous : les relations (interpersonnelles) et/ou les faveurs sont souvent de nature à conditionner les messages. Elles sont généralement perçues ici et là comme une sorte de prescription subliminale pour un regard… orienté.

En tout état de cause, ayons un préjugé favorable. L’on ne peut pas condamner toute la presse pour délit d’intention. La perspective pour notre pays est trop sérieuse pour qu’on se mette à jouer avec le feu.

 

Leave a reply