Rapatriement des 18 Sénégalais victimes d’une embuscade dans le nord du Burkina Faso

0
523

(APS) – Le ministère des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur, a procédé, jeudi, au rapatriement des 18 chauffeurs sénégalais, victimes récemment d’une embuscade de la part  »d’hommes armés non identifiés » dans le nord du Burkina Faso, a constaté l’APS.

Un convoi de sept camion avec à bord 18 jeunes sénégalais a été victime d’une embuscade le vendredi 28 avril 2023 entre DORI (frontière du Niger) et Kaya (centre Nord) du Burkina Faso, a confié à l’APS un des chauffeurs.

Ils ont été accueillis jeudi dans la soirée à l’Aéroport international Blaise Diagne de Diass  »conformément aux procédures habituelles mises en place dans pareilles situations », a informé la directrice de l’assistance et de la promotion des Sénégalais de l’extérieur, Marème Soda Ndoye Lo.

Venue les accueillir, Mme Lo a remercié les autorités du Burkina pour  »leur coopération qui a facilité la bonne exécution de cette opération ». Elle a aussi assuré les 18 chauffeurs de  »l’assistance et de l’accompagnement de l’Etat » du Sénégal.

Le président du GIE des commerçants et transporteurs sénégalais de la sous-région, Moussa Diop, s’est félicité de la diligence apportée par les deux gouvernements.

Il a invité l’Etat à apporter un ‘’suivi psychologique’’ à ces 18 jeunes qui faisaient face à ‘’une mort certaine’’.

Moussa Diop a aussi plaidé pour un ‘’soutien financier’’ aux propriétaires des 7 camions qui ‘’avaient contracté des prêts bancaires pour financer leurs activités’’.

Selon lui, ‘’les pertes seraient estimées à plus de 600 millions de FCFA (camions et marchandises compris) ».

Agé de 38 ans, Ibrahima Diagne, un des 18 chauffeurs a décrit  »une scène effroyable » devant des cadavres.

Il dit avoir dissimulé son téléphone portable pour pouvoir voler des images et informer ses employeurs. Ibrahima Diagne rappelle qu’il exerce ce travail de convoyeur de marchandises depuis 17 ans.

‘’On ne pensait plus revivre’’, a t-il déclaré dans une voix tremblante. Déplorant des pertes matérielles très importantes, il se réjouit d’être sorti  »saint et sauf » de cette embuscade. Ibrahima Diagne a relevé que les hommes armés les ont libérés après une ‘’conversation téléphone’’, tout en ignorant l’interlocuteur à l’autre bout du fil.

Leave a reply