Sédhiou – lutte contre la migration irrégulière et l’oisiveté des jeunes : le projet Agri-Jeunes libère la première cohorte de 41 pensionnaires

0
263

Des jeunes agri-preneurs viennent de boucler une session de formation de près d’un mois dans le domaine de l’agriculture et de l’élevage. Des diplômes leur seront attribués ainsi que des lignes de financement en vue de leur insertion socio-professionnelle. L’objectif est de prévenir toute velléité de migration risquée ou d’enrôlement dans toute activité vicieuse et délictueuse à même de compromettre leur avenir.

Ils sont au nombre de 41 jeunes agri-preneurs ayant subi la formation en agriculture et élevage, en vue de leur insertion dans des créneaux porteurs de revenus. Cheikh Tidiane Kandji, le chef d’antenne du projet Agri-Jeunes pour la zone sud explique que «ce sont des jeunes qui ont démarré leur processus d’enrôlement depuis plus d’un an et demi. Il s’agit essentiellement de les former dans le domaine du maraîchage et de l’aviculture.  Ils sont environ 400 jeunes répartis dans les six centres de la zone sud pour les former en agri jeunes. Pour cette présente session ils sont au nombre de 41 récipiendaires».

Il ajoute que cette formation sera suivie du financement des bénéficiaires, pour la mise en œuvre de leurs activités d’accueil. «Avec les conseillers en entreprise, nous les avons conseillé à élaborer leur plan d’affaire ; lequel plan d’affaire ils vont soumettre à la banque. Et ensuite le projet viendra en appui en termes de mutuelle de cautionnement et d’assurance agricole», dit-il.

Le formateur Pôle-Emploi de cette session, Ibrahima Massaly, revient sur les opportunités de ce projet. «Ces jeunes ont subi la formation jusqu’à l’élaboration de leur plan d’affaire, avec le coaching des conseillers en entreprise. Et il s’agira de les orienter en financement de leur projet», fait-il observer.

Au nom des récipiendaires de cette première cohorte, Assane Kouyaté ne s’en porte qu’à merveille. «Nous avons vraiment appris les techniques de mobilisation des semaines, de semis et de gestion des revenus. Nous sommes vraiment satisfaits et les remercions car personnellement j’avais bénéficié d’un financement mais en l’absence de formation, j’ai tout perdu. Mais maintenant ça va».

Ce projet Pôle-Emploi dit s’investir pleinement dans la formation et le financement des jeunes, dans la perspective de proscrire la migration irrégulière et autres vices qui jettent un nombre élevé de jeunes en pâture, en désespoir de cause.

Moussa DRAME

Leave a reply