La Sonatel immortalise son premier centre et se projette vers le futur

0
615

Le Sénégal a célébré la journée internationale des télécommunications. Au cœur de la célébration, elle a lancé les travaux du mémorial du centre de Gandoul qui a aujourd’hui cinquante ans. Le ministre des télécommunications et de l’économie numérique a posé la première pierre de l’édifice.

 

La célébration de la journée internationale des télécommunications a coïncidé cette année avec le cinquantenaire du centre des télécommunications satellitaires inauguré le 05 avril 1972 par le président Senghor. Un centre qui a joué un rôle de déterminant dans le développement des télécommunications au Sénégal et en Afrique de l’Ouest. En effet, le centre a accueilli, la première antenne satellite de l’Afrique de l’Ouest dont le diamètre était de 32 mètres. C’est grâce à centre que le Sénégal a pu voir les images des jeux olympiques de Tokyo en 1972 et de la coupe du monde de football de 1974, en Allemagne.

«C’est grâce au Téléport Sonatel de Gandoul que le Sénégal a démarré la télévision publique en 1972. Le centre a également joué un rôle important en participant à des programmes de la NASA, notamment dans le cadre des recherches sur les origines de l’ouragan, mais aussi dans le lancement de la navette spatiale Columbia, en étant dès 1981, une station de suivi, de contrôle et de communications», a souligné le Directeur général de la Sonatel, Sékou Dramé. Mais depuis lors, le centre  a beaucoup évolué se modernisant pour se positionner davantage à la pointe de la technologie des communications satellitaires. Ainsi, le centre a connu des réhabilitations, en 1991, 2003 et 2020,  et accueille depuis février la société européenne  des satellites (SES).

«Cela peut sembler contre-intuitif avec l’avènement du mobile, mais le satellite est plus que jamais une technologie d’avenir en ce 21ème siècle. Il fait l’objet de multiples innovations qui permettront de connecter nos populations, y compris dans les zones peu ou mal desservies», a dit Sékou Dramé. Une initiative en droite ligne avec la  stratégie numérique à l’horizon 2025 (SN2025).  Avec son renouveau, le centre de Gandoul, va accueillir la première passerelle du système de communication par satellite en orbite terrestre moyenne (MEO) de nouvelle génération, O3b mPOWER «other 3 billions) en anglais pour la Société européenne des satellites (SES).

«Nous sommes très heureux de devoir assurer pour SES, pour une durée de 15 ans, l’hébergement et la maintenance de sa station de contrôle. Derrière ce partenariat entre 2 entreprises, nous célébrons aussi un symbole, celui de l’Europe, qui choisit le Sénégal comme porte d’entrée en Afrique pour une constellation de satellites, à un moment où le Sénégal préside l’Union Africaine», a dit le DG de la Sonatel.

C’était en présence du père ce centre, le premier ingénieur en télécommunications satellitaires en Afrique de l’Ouest, Alassane Dialy Ndiaye. Il a exprimé toute sa fierté à l’endroit de l’équipe de techniciens qui l’ont accompagné dans la construction de ce centre, qui constitue un autre «motif de fierté de la nation sénégalaise» pour avoir fait du Sénégal, le porte dans le domaine des télécommunications en Afrique de l’Ouest.

«Gandoul était une initiative de la société Telesenegal. L’équipe de techniciens sénégalais qui a travaillé sur l’installation de la station a un énorme mérite en assimilant la technologie d’une grande complexité. Gandoul, c’est notre fierté et a participé au premier voyage de la navette spatiale», a rappelé le premier directeur général de la Sonatel.

Dans son discours, le ministre des télécommunications et de l’économie numérique a insisté sur la nécessité de faire profiter des avantages de la technologie du numériques, conformément au thème choisi cette année pour la célébration. Yankhoba Diattara est revenu les progrès réalisés dans ce domaine et qui ont fait que le numérique est devenu essentiel dans «la fourniture de services civils fondamentaux tels que les soins de santé, l’éducation, les services financiers, l’environnement, l’administration, mais aussi dans les secteurs économiques prioritaires tels que l’agriculture, l’élevage, le commerce, l’industrie et les mines». Et pour le ministre c’est devoir et une responsabilité morale de tirer profit «des possibilités offertes par la 5G, l’intelligence artificielle, l’Internet des objets, l’informatique en nuage, la santé numérique et d’autres technologies».

Selon Yankhoba Diattara, «à travers le Thème pour cette 53ème édition : «Les technologies numériques au service des personnes âgées et d’un vieillissement en bonne santé», l’accent est mis sur l’amélioration de la vie des personnes âgées et de leurs familles par l’accessibilité et l’inclusivité numériques». Une démarche qui vise à permettre à 1 milliard de personnes ayant plus de 60 ans de profiter des avantages du numérique.

WORE NDOYE

Leave a reply