Élection présidentielle 2024 : Alioune Tine invite l’Etat à «se servir des paroles de l’Eglise pour fixer une date»

0
325

L’Eglise est sans ambiguïté. Elle demande la tenue des élections avant le 2 avril, conformément à la décision du Conseil constitutionnel. La position constante de l’Eglise Catholique
sur l’actualité du pays a été saluée par bon nombre de Sénégalais. Abondant dans le même sens, Alioune Tine, de Afrikajom Center, invite les autorités étatiques à se référer sur les propositions de cette frange de la société sénégalaise pour fixer une date et tenir l’élection présidentielle. A en croire le membre de la société civile, «c’est la voix du peuple».

Selon le fondateur de Afrikajom Center, «Les paroles claires et nettes de l’Église Catholique dans ces moments historiques continuent de résonner très fort dans le cœur des Sénégalais. Les autorités publiques devraient s’en servir pour décider de la date de l’élection présidentielle. C’est la voix du peuple et celle de la raison. C’est la voie de la sagesse, de la paix et de la stabilité du Sénégal», a publié Alioune Tine sur X.

Le fondateur de Afrikajom Center invite les autorités publiques «à se servir des paroles de l’Église Catholique pour décider de la date de l’élection». Selon Alioune Tine, «c’est la voix du peuple et celle de la raison». Pour rappel, lors de son intervention au dialogue national, le président du Conseil national du Laïcat du Sénégal (CNLS), Philippe Abraham Birane Tine, qui a parlé au nom de l’Eglise Catholique, relativement à l’actualité actuel du pays, a souligné la nécessité de tenir le scrutin à date. «Nous pensons qu’il est important de poursuivre le processus (électoral, ndrl). Il peut arriver des erreurs, mais elles ne doivent pas remettre en cause ce qui a été fait. C’est pourquoi nous demandons que le processus soit poursuivi. Nous voulons aussi la tenue des élections avant le 2 avril 2024. C’est bien possible. Le processus a été engagé. Si on s’entend sur le principe, nous devons nous donner les éléments pour y aller», a dit le président du CNLS.

Barthélémy Coly (Stagiaire)

Leave a reply